Le communiqué paraît tellement surréaliste qu’il a d’abord fait place à un mouvement de flottement dans les rédactions. Etait-il vrai ou s’agit-il d’un faux ? Nicolas Sarkozy, dans une dépêche transmise à l’AFP et à certains journalistes politiques, s’est félicité dans la nuit de jeudi à vendredi de l’opération menée par le FBI et le Département de la Justice américain pour fermer MegaUpload. Une communication étonnante s’agissant d’une opération de police menée par un autre état que la France. Rarement le dirigeant d’un état s’immisce ainsi, même pour se réjouir, dans les affaires judiciaires étrangères.

« La mise à disposition illégale, par ce service, d’œuvres protégées par le droit d’auteur, permettait à ses promoteurs de réaliser des profits criminels sous la forme de recettes publicitaires ou d’abonnements de ses usagers« , affirme Nicolas Sarkozy.

On note que contrairement au communiqué officiel des autorités américaines, qui prennent le soin d’utiliser le mot « allegedly » (« prétendûment ») pour décrire les faits, le président français ne s’embarrasse pas de la présomption d’innocence. Et qu’il commet au passage une erreur de qualification juridique : en France, la contrefaçon n’est pas un crime mais un délit.

Le président de la République estime « que la lutte contre les sites de téléchargement direct ou de streaming illégaux, qui fondent leur modèle commercial sur le piratage des œuvres, constitue une impérieuse nécessité pour la préservation de la diversité culturelle et le renouvellement de la création« .

« C’est le financement des industries culturelles dans leur ensemble qui est mis en cause par ce type d’opérateurs« , dit celui qui avait demandé lors du Forum d’Avignon que les autorités françaises s’attaquent au streaming et au téléchargement direct.
A cet égard, le chef de l’Etat « invite les ministres concernés ainsi que la Hadopi, qui vient d’engager une consultation à ce sujet, à étudier rapidement l’utilité de compléter notre législation par de nouvelles dispositions« . Hadopi 3 est donc bien en marche. L’Hadopi devrait remettre ses propositions dans le courant du mois de février, avec l’intention de bloquer les transactions financières des plateformes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés