Le président d'eDonkey l'a officiellement annoncé hier devant le Sénat américain : eDonkey va fermer.

Mercredi, la Commission judiciaire du Sénat américain a convoqué certains des principaux protagonistes du P2P, pour réfléchir aux réformes éventuellement nécessaires pour « protéger le droit d’auteur et l’innovation dans un monde post-Grokster« . Il était question de saisir l’impact que pouvait avoir la décision de la Cour Suprême sur le développement du Peer-to-Peer. Sam Yagan, le président d’eDonkey, y a annoncé qu’eDonkey allait fermer ses portes.

« Avant de commencer, je voudrai dire clairement à la Commission que nous avons répondu à la lettre de la RIAA qui nous enjoint à cesser toute activité et je me suis personnellement engagé auprès de M. Sherman (le président de la RIAA, nldrc) sur le fait que nous sommes en train de nous conformer à leur demande« . La semaine dernière, Reuters avait annoncé que les bureaux de l’éditeur d’eDonkey, MetaMachine, étaient fermés. Mais la rumeur de fermeture d’eDonkey avait rapidement été démentie par Slyck à travers la voie de Sam Yagan lui-même, qui expliquait que le siège de la société était déplacé vers le New Jersey.

Ainsi soit eDonkey ferme réellement et sans lendemain, soit un nouveau logiciel est en cours de préparation avec la même équipe, mais sous la bannière d’une nouvelle société domiciliée dans le New Jersey. Cette dernière hypothèse est d’autant plus crédible que Yagan a expliqué devant le Sénat que maintenant que les critères de la décision Grokster sont connus, « de nouvelles applications P2P jailliront inévitablement et satisferont facilement Grokster« . Pour eDonkey, c’est trop tard. Pour eSheep, peut-être pas…

Plus d’avenir pour le P2P américain ?

Calmement mais fermement, le président de MetaMachine a rappelé à l’industrie culturelle l’erreur monumentale qu’elle a commise en s’attaquant aux logiciels commerciaux américains. « Avec beaucoup d’applications P2P à l’étranger ou tout simplement celles rendues open-source, les entités qui finissent par être les plus dévastées par Grokster seront celles – comme nous – qui installent leur commerce aux Etats-Unis, qui obéissent aux lois amériaines, qui paient leurs impôts et, au moins dans le cas d’eDonkey, qui ont essayé d’obtenir des licences sur les contenus de l’industrie du divertissement« . « Je crains que les gagnants de Grokster ne soient pas les labels et les studios, mais plutôt les développeurs de P2P étrangers, underground et malhonnêtes qui auront juste perdu une douzaine de leurs plus gros concurrents« , conclue Yagan.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés