Avec l'arrivée d'un domaine pour adultes, l'industrie pornographique va pouvoir bénéficier de sa propre extension. Mais les sites pornographiques ne seront pas seuls à avoir une adresse en .xxx. De grandes marques ont aussi réservé plusieurs domaines afin d'exclure leur nom et leurs produits de la procédure d'enregistrement.

Les efforts d’ICM Registry ont fini par payer. Engagé depuis dix ans dans un intense lobbying pour convaincre l’ICANN de lancer un domaine pour adultes, le registre américain a vu sa patience récompensée en mars dernier. La création du .xxx a été approuvée de justesse et après une longue procédure, ICM Registry a levé la semaine dernière les dernières restrictions encore en vigueur.

Sans surprise, l’industrie pornographique est loin d’être la seule à s’intéresser à cette nouvelle extension de nom de domaine. De multiples entreprises, associations, institutions, organisations, collèges et lycées se sont aussi intéressés à l’arrivée du .xxx. ICM Registry, en charge de la gestion de ce nouveau domaine, a ainsi traité de nombreuses demandes ces dernières semaines.

L’agence France presse rapporte ainsi que des multinationales comme Coca Cola, Pepsi, Heineken, Adidas, Sony, Nintendo, Apple, Microsoft, Dailymotion, Audi, Mercedes, Peugeot, Renault ou encore Opel ont réservé des domaines en .xxx pour les bloquer. Certains produits phares sont également protégés par les grands groupes. Citons notamment l’iPhone, l’iPad, la Wii, la PlayStation ou encore la Xbox.

Les marques et les entreprises mondiales ne sont pas les seules à vouloir protéger leur identité en ligne et éviter le cyber-squatting. Parmi les réservations enregistrées par ICM Registry, on retrouve également le Vatican, l’AFP, les universités de Stanford et de Berkeley, le Louvre et le musée d’art moderne (MOMA) à New York. Même l’équipe de football Golden Bears figure dans la base de données du registre.

Le géant Google n’est évidemment pas non plus en reste. Sur le WHOIS mis à disposition par ICM Registry, on découvre que Google.xxx, YouTube.xxx, Gmail.xxx, Android.xxx, Picasa.xxx ont été réservés par le moteur de recherche. D’autres adresses, moins évidentes de prime abord, ont certainement aussi été réservées par Google afin de protéger la réputation de ses produits.

En France, le prix pour obtenir une adresse .xxx sur un an varie selon le registre choisi. Chez OVH, le prix constaté est de 83,35 euros TTC, chez Netim le prix affiché sans TVA est de 69,90 euros, tandis que chez Gandi il est de 77,74 euros TTC. Selon ICM Registry, plus de 600 000 demandes de réservation ont été enregistrées dans le monde entier au début du mois de septembre.

Un business qui apparaît décidément comme étant très lucratif pour le registre américain.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés