Une étude de la Commission européenne montre que les sites français Dailymotion et Skyrock font globalement attention à la sécurité des mineurs sur leurs fonctionnalités sociales et la visibilité des contenus "choquants" ou illégaux. Certains points restent néanmoins à améliorer pour atteindre la perfection aux yeux de Bruxelles.

La Commission européenne a publié un rapport sur la protection des mineurs par les réseaux sociaux, dans lequel elle distribue les mauvais points. Deux services en ligne français ont été audités : Dailymotion et la plateforme de blogs Skyrock. Le respect de sept principes était examiné :

  1. Attirer l’attention des utilisateurs, parents, enseignants et éducateurs sur les messages éducatifs et les usages acceptables, dans un langage clair et adapté à l’âge ;
  2. Travail visant à s’assurer que les services sont adaptés au public visé ;
  3. Donner des moyens à l’utilisateur par des outils et la technologie ;
  4. Fournir des mécanismes simples d’utilisation pour signaler des comportements ou des contenus qui enfreignent les conditions d’utilisation ;
  5. Répondre aux notifications concernant des contenus ou des comportements illégaux ;
  6. Permettre et encourager les utilisateurs à employer une gestion raisonnée des informations personnelle et de confidentialité ;
  7. Evaluer les moyens pour passer en revue les contenus ou comportements illégaux ou interdits.

Selon les conclusions de l’étude, Dailymotion et Skyrock ressortent plutôt comme un bon élève, avec aucune application des principes jugée « non satisfaisant ».

Les chercheurs qui ont réalisé l’étude constatent notamment que sur Dailymotion (.pdf), « comme nos tests l’ont montré, aucun contenu hautement inapproprié (par exemple pornographiques ou extrêmement violents), ni illégal, n’a été trouvé sur le site« . S’il existe bien une chaîne « sexy » avec des contenus érotiques (mais non pornographiques), « le contenu labellisé comme ‘explicite’ n’est pas accessible aux mineurs dont le filtre parental est mis à  » ON « « .

Une protection toutefois très fragile, puisque le site ne recueille pas les papiers d’identités des inscrits. Dès lors, « le filtre parental proposé, qui restreint l’accès aux contenus potentiellement inappropriés (comme la chaine  » sexy « ), peut être mis à  » OFF  » par les mineurs inscrits si ils modifient leur date de naissance pour prétendre être majeurs« . De plus, « tous les utilisateurs non enregistrés (incluant les mineurs) peuvent mettre leur filtre à  » OFF  » sans que ne soit vérifié leur âge« .

De son côté, Skyrock (.pdf) est globalement satisfaisant. « Le mécanisme de signalement est facile à trouver et à utiliser. Les paramètres de confidentialité sont limités mais accessibles et faciles à modifier. Les utilisateurs peuvent rendre leur blog secret (…) les adultes ne peuvent pas inviter un(e) mineur(e) avec lequel
(laquelle) ils ne sont pas amis (incluant les amis d’amis). Sur le chat, un message d’avertissement rappelle aux
utilisateurs de ne jamais communiquer des informations personnelles ou leurs coordonnées
« , résume l’étude. Elle attribue surtout un gros point positif pour « la disponibilité et la qualité des informations de sécurité et du système de signalement qui se sont avérés faciles à utiliser et extrêmement rapides et efficaces« .

En revanche, certains progrès restent à réaliser. « Bien que l’âge minimum requis pour créer un compte Skyrock soit de 12 ans, un (faux) enfant de 9 ans a pu créer un profil sur ce site pendant le test« , notent les chercheurs. Par ailleurs « par défaut, tous les utilisateurs, y compris les mineurs, peuvent être contactés par d’autres utilisateurs, y compris des adultes« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés