C'est aujourd'hui que le créateur du RealAudio doit présenter à la presse ce qu'il a annoncé comme une révolution pour la musique numérique. Si l'on en croit les indiscrétions de Reuters, la révolution pourrait être extrêmement décevante.

Le communiqué de Real avait de quoi laisser rêveur : « Il y a 10 ans, RealNetworks apportait le son à l’Internet avec RealAudio. Le 26 avril, RealNetworks changera à nouveau l’Internet et révolutionnera la musique numérique« .

En fait de révolution, il s’agit à peine d’une évolution. Selon une source proche de Real, « la société de média numériques RealNetworks compte révéler un nouveau service portable de musique pour les lecteurs de musique numérique, qui fera partie du portfolio de son service à abonnement« , annonce l’agence Reuters.

Ainsi la prétendue révolution ne serait en fait qu’un premier concurrent au service Napster-to-Go qui permet de télécharger l’intégralité du catalogue de Napster et de l’écouter sans limite, tant que l’abonnement au service reste valide. D’ailleurs Real, qui édite le service Rhapsody, aurait négocié avec Microsoft une licence de la technologie DRM Janus sur laquelle s’appuie Napster.

Tout comme Napster-to-Go, le service illimité de Real sera proposé avec un abonnement mensuel de 14,95 $ (11,5 Euros). Il en coûtera ainsi 5 dollars de plus par rapport au service Rhapsody actuel, qui n’autorise que le streaming sur ordinateur.

5 dollars, le prix de la portabilité ?

Le fait de pouvoir prendre un disque sous son coude pour l’écouter dans un bus est-il un service à valeur ajoutée ? N’emmenait-on pas déjà nos K7 dans les Walkman de Sony ?

Etait-ce un service pour lequel il fallait payer plus cher ?

Surtout, est-il normal de payer 5 dollars de plus pour cette portabilité, alors même que la musique ne nous appartient pas et que son écoute sera impossible dès lors que l’on aura cessé l’abonnement au service ?

Le consommateur devra décider et sanctionner lui-même le marché de son choix.

Mise à jour :

Quelques détails supplémentaires ont percé lors de la révélation publique du nouveau service Rhapsody. Afin de convaincre les utilisateurs de se laisser séduire par la formule « To Go », il sera possible d’écouter gratuitement jusqu’à 25 titres par mois dans tout le catalogue. Un partenariat avec Google, dont la substance reste floue, a également été annoncé.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés