Lancé en 2002, Suprnova.org a été pendant deux ans l'un des sites BitTorrent les plus visités sur la toile. Sous la pression des ayants droit, le site a fermé ses portes avant d'être réanimé en 2007 par The Pirate Bay. Trois ans plus tard, le fondateur de Suprnova.org a donné une nouvelle orientation à son site web en le transformant en portail vidéo.

C’était un changement de cap attendu. Après avoir longtemps œuvré pour la communauté BitTorrent au début des années 2000, Suprnova.org a aujourd’hui embrassé une nouvelle religion : le streaming. Doté d’un nouvel habillage graphique, le site web s’est transformé en portail et propose désormais des contenus audiovisuels. Et le célèbre slogan « The universal BitTorrent source » a cédé sa place à « The universal web show source ».

Si Suprnova a abandonné les fichiers .torrent au profit du streaming, les responsables du site assurent que le principe fondateur du partage désintéressé est au cœur de ce nouveau projet. Mais pas question pour autant de proposer des contenus qui enfreindraient la propriété intellectuelle. Les vidéos proposées se veulent originales et sont placées sous licence Creative Commons.

« Nous ne pensons pas que donner tout gratuitement est une mauvaise chose. Nous ne croyons pas que la redistribution des émissions est mauvaise. Nous croyons à la libre circulation de l’information. Nous croyons en un monde où une copie ne correspond pas à un manque à gagner » a expliqué le créateur de Suprnova, Andrej Preston, à Torrentfreak.

Indéniablement, Suprnova.org restera pour beaucoup d’utilisateurs BitTorrent comme le site incontournable du début de la décennie précédente. Ouvert en 2002, le site a ainsi précédé des sites comme The Pirate Bay (lancé en 2003), IsoHunt (2003), Demonoid (2003), Mininova (2005) ou encore BT Junkie (2005). Pendant deux ans, Suprnova a été l’un des sites les plus visités, jusqu’à l’arrêt de ses activités en décembre 2004.

Trois ans plus tard, les administrateurs de The Pirate Bay ont voulu réanimer le site fondé par Andrej Preston. Le jeune homme avait reconnu à l’époque que le nom de domaine n’était pas utilisé et que seul The Pirate Bay serait capable de lui insuffler la vigueur nécessaire pour se relancer au sein de la communauté BitTorrent. « Si vous fermez un site BitTorrent, il reviendra encore » avait réagi le porte-parole de The Pirate Bay.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés