Depuis qu'elle n'est plus en charge de l'économie numérique, NKM semble ne plus trouver important de confronter ses idées aux réactions des administrés sur les réseaux sociaux. La ministre avait pourtant donné des cours aux parlementaires pour les convertir au dialogue par Internet.

Ca n’est pas une annonce, c’est un constat. Autrefois très active, la ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement n’utilise presque plus son compte Twitter. Ni son compte Facebook. Elle ne blogue quasiment plus, non plus. Ce constat ne serait qu’une anecdote sans intérêt si l’ancienne Secrétaire d’Etat chargée de la Prospective et du Développement de l’économique numérique (de janvier 2009 à novembre 2010) n’avait pas milité activement pour l’utilisation des réseaux sociaux par le monde politique.

Se voulant exemplaire avec une forte activité sur Twitter pendant son précédent poste au gouvernement, NKM avait organisé des « Ateliers de l’élu 2.0 » à destination des parlementaires, d’octobre à novembre 2010, dans son ministère. « Internet chez les élus, on en parle beaucoup, mais on le pratique peu. Et plutôt chacun de son côté, qui plus est. Sur le Web 2.0, il y a une demande de direct par les internautes, de spontané, de transparence. En un mot, d’authentique« , avait expliqué l’élue de Longjumeau dans un communiqué. Mais depuis qu’elle a laissé le Numérique à Eric Besson, Nathalie Kosciusko-Morizet semble progressivement oublier ses bonnes paroles.

D’une moyenne de plus de 80 tweets par mois avant son changement de poste, Nathalie Kosciusko-Morizet n’a plus « tweeté » que 17 messages en novembre, 8 en décembre, 6 en janvier et 2 en février. « Je voudrais m’y remettre mais j’ai du mal à tenir le rythme« , expliquait NKM à la mi-janvier. Preuve qu’il est plus facile de donner des leçons que de les appliquer ?

Son successeur a anticipé : Eric Besson n’a ni compte Twitter, ni blog (EricBesson.fr est fermé). Il est en revanche actif sur sa page Facebook.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés