A Nantes s'ouvre aujourd'hui la Cantine Numérique, un "lieu d'ébullition" où les créateurs de projets numériques pourront trouver un espace de travail et toute une série d'animations et d'évènements, avec une forte dimension collaborative tournée vers l'innovation. Adrien Poggetti, son directeur, nous explique le projet.

Déjà existante à Paris, Rennes et Toulouse, la Cantine Numérique ouvre ses portes à Nantes, grâce à l’association Atlantic 2.0 qui porte le projet depuis deux ans. L’inauguration officielle a lieu ce jeudi, et c’est l’occasion pour nous de publier cette première interview réalisée dans le cadre d’EntrepreNantes, un nouveau magazine en ligne que nous consacrons à l’actualité du web nantais et qui sera lancé très prochainement. Comme vous le savez peut-être, notre société qui édite Numerama (PressTIC) est basée dans la région nantaise, et nous souhaitons promouvoir à travers EntrepreNantes et Numerama une déconcentration du web français, qui est encore très centré sur les entreprise parisiennes. Dans la droite ligne de nos traditions, EntrepreNantes sera gratuit, et tous ses contenus texte et vidéos seront proposés sous licence Creative Commons pour autoriser leur exploitation.

Cette première interview a été filmée il y a plusieurs semaines, lorsque la Cantine Numérique de Nantes était encore en chantier. Adrien Poggetti, son directeur, nous expliquait le projet à l’intérieur même du lieu, encore en chantier. « La Cantine, c’est un espace qui a trois dimensions« , détaille Adrien. « Une dimension coworking, c’est-à-dire qu’en tant qu’entrepreneur, freelance, porteur de projets,… vous aurez un espace où vous aurez l’occasion de venir, vous poser avec votre PC pour la journée, et bénéficier du WiFi et des services que l’on va mettre en place ici (café, évènements, …). Deuxième aspect de la Cantine : une fonction d’animation avec un espace de plus de 90 m² dans lequel on va organiser des évènements à longueur de semaine. Troisième dimension : l’expérimentation, c’est-à-dire que concrètement on va pousser les publics à expérimenter des choses, on va mettre à disposition des équipes de développement, on va organiser des évènements pour que les gens bidouillent des choses ensemble et innovent pour demain« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés