Sans doute l'autorité administrative la plus détestée du pays, car elle est la seule qui s'attaque massivement aux justiciables, la Haute Autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi) a lancé un appel d'offres qui vise à établir sa communication dans la presse, sur Internet et dans des évènements, sur les deux prochaines années.

Alors qu’elle s’est prêtée pendant les fêtes à une opération média, parfois véritablement détestable, l’Hadopi a ouvert le 1er janvier et jusqu’au 11 février 2011 un appel d’offres visant le lancement de campagnes de communications sur tous les médias, pendant deux ans. Après avoir abandonné de précédents appels d’offres visant à se faire connaître, elle et son action, l’Hadopi semble donc décidée à communiquer massivement sur tous les types de supports possibles. Publié au Journal Officiel des annonces des marchés publics (BOAMP), le marché se divise ainsi en quatre missions, qui ne seront pas nécessairement confiées au même prestataire  :

  1. conseil et réalisation d’actions et campagnes ponctuelles de communication média (télévision, radio, cinéma, affichage..) ;
  2. conseil et réalisation d’actions et campagnes ponctuelles de communication internet, hors-média ;
  3. campagnes de relations presse et/ou relations publiques ;
  4. conception et réalisation d’événements.

Concernant Internet, l’Hadopi souhaite réaliser des campagnes de communications « déclinées sur l’ensemble des canaux qui permettent de diffuser un message sur l’internet : marketing viral, publicité, utilisation des réseaux sociaux..« . Une véritable gageure, tant l’image de marque de la Haute autorité sur le réseau est exécrable. Rien que son site Internet officiel avait été lancé au dernier moment, par crainte d’attaques de hackers.

Côté relations presse et relations publiques, l’Hadopi souhaite se faire aider sur « l’ensemble des éléments rédactionnels nécessaires à la bonne compréhension et à la mise en valeur des projets stratégiques de la Haute Autorité, notamment la préparation de l’environnement avec la rédaction d’éléments de langage« . En clair, elle souhaite savoir comment s’adresser à la presse et au grand public pour que son message passe mieux qu’actuellement, puisque les journalistes se font surtout désormais le relai de son inactivité relative. Dernièrement, l’Hadopi a dû faire croire à l’envoi de 100 000 courriels d’avertissement, grâce une astuce de langage qui aura bien fonctionné. En réalité, elle n’aurait envoyé que le quart du volume annoncé.

Enfin, dans la lignée du questionnaire qu’elle avait envoyé aux élus pour connaître leurs besoins en matière de communication sur la riposte graduée, l’Hadopi souhaite « accroître la notoriété de la Haute Autorité et valoriser ses missions et actions auprès des différents publics (professionnels, élus, grand public, jeunes, médias….) par l’organisation d’événements de différentes natures en tenant compte du contexte de communication et du public visé« .

En 2010, l’Hadopi avait budgété un maximum de 920 000 euros pour ses relations publiques. Une somme qui, selon nos informations, n’a pas été entièrement dépensée. On ne sait combien sont prévus dans le budget 2011.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés