Un mois après les premières publications, 99,2 % des documents diplomatiques obtenus par Wikileaks n'ont toujours pas été publiés.

Il y a tout juste un mois, le 28 novembre 2010, Wikileaks annonçait la publication des fameux câbles diplomatiques. Immédiatement, notre réaction fut de constater le changement de philosophie du site fondé par Julian Assange, puisque contrairement aux précédentes fuites, les documents n’étaient pas disponibles publiquement sur son site Internet. Plutôt que de publier l’intégralité des câbles, pour faciliter leur tri et leur reprise par tous les médias du monde entier, professionnels ou amateurs, Wikileaks avait préféré s’associer à cinq journaux : Le Monde, El Pais, Der Spiegel, The Guardian et le New York Times.

L’accord passé avec ces journaux prévoyait que les câbles ne soient publiés qu’à mesure qu’ils sont validés par les rédactions, et qu’ils ont fait l’objet d’un article. Les différents quotidiens se partageant les thématiques, et s’accordant sur le calendrier à suivre pour les plus grosses révélations. Officiellement, cette stratégie devait permettre à Wikileaks d’assurer une meilleure couverture médiatique aux révélations contenues dans les câbles, en misant sur l’exclusivité dont pourraient pendant longtemps profiter ses partenaires. Lesquels ont joué le jeu dans les premières semaines, en mettant en avant leurs articles inédits issus des documents de Wikileaks.

Mais l’intérêt s’est depuis estompé, et aujourd’hui le site du Monde ne propose même plus sur sa page d’accueil de lien direct vers sa rubrique dédiée. Les ennuis personnels de Julian Assange et la guerre livrée par les Etats contre le site Wikileaks ont pris le pas sur les documents eux-mêmes, dont l’étude approfondie n’est peut-être plus aussi rentable que dans les premiers jours.

Un mois après, seuls 1942 documents sur les 251 287 obtenus par Wikileaks ont été publiés. Ce qui fait que 99,2 % des câbles diplomatiques sont toujours inconnus du grand public. A ce rythme, il faudra près de 11 ans avant que l’intégralité des documents soit publiée. Or Wikileaks ne semble pas s’en émouvoir, lui qui a fait confiance aux équipes de rédaction pour servir d’intermédiaire avec le public.

Ce qui pose question. Le véritable objectif de Wikileaks dans cette affaire et avec cette méthode a-t-il été d’assurer la meilleure couverture médiatique possible aux câbles, ou a-t-il été de rendre la presse la plus influente dépendante de ses publications, pour ne pas qu’elle morde la main qui la nourrit ? Cette dernière hypothèse était celle soulevée au moment où l’on a appris que le New York Times avait d’abord été exclu du partenariat, parce qu’il avait été jugé trop critique à l’égard de Wiileaks.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés