Internet fait désormais partie du quotidien des individus, notamment des enfants. Pour cette raison, la CNIL s'est associée à la rédaction de Mon Quotidien, un journal d'actualité destiné aux 10-14 ans, pour leur parler de la vie privée en ligne, du droit à l'oubli et des réseaux sociaux.

C’est une initiative comme on aimerait en voir plus souvent. Pour aider les enfants à adopter un comportement prudent et responsable sur Internet, la CNIL a collaboré au dernier numéro de Mon Quotidien, un journal d’actualité destiné aux enfants âgés de 10 à 14 ans. L’objectif pour la Commission nationale de l’informatique et des libertés étant de mieux préparer les enfants à gérer leur « vie numérique » sur Internet.

Pas moins de 600 000 journaux ont été envoyés hier aux 40 000 classes de CM2. Le journal, qui peut être consulté gratuitement en ligne, aborde différents sujets, comme les réseaux sociaux (en particulier Facebook), le traçage des informations sur Internet ou encore le droit à l’oubli. Le quotidien traite également la question des photos publiées en ligne et du comportement à avoir lorsqu’un inconnu prend contact avec un jeune.

La démarche de la CNIL est d’autant plus nécessaire qu’une étude menée en 2009 par e-enfance et IPSOS révèle que plus de 70 % des enfants de moins de 11 ans utilisent Internet et près de 20 % des 9-10 ans disposent déjà d’un téléphone portable. Un nombre qui grimpe à près de 50 % pour les 11-12 ans. Sans parler du grand succès des réseaux sociaux et des sites communautaires.

« L’objectif est de leur rappeler que la vigilance s’impose dès maintenant, en particulier lorsqu’il s’agit de diffuser des informations à caractère politique, sexuel, médical ou religieux. C’est bien avant de publier qu’il faut réfléchir, car une fois il en ligne il est difficile de supprimer les informations qui peuvent vous suivre toute votre vie » explique la CNIL.

La démarche entreprise par la CNIL, si elle est à saluer, ne peut cependant pas suffire à protéger totalement. Dans ce cas de figure, le rôle des parents reste évidemment prépondérant même si ces derniers sont parfois confrontés à l’hostilité de leur progéniture, qui ne sont pas toujours très enclins à évoquer leurs activités numériques avec eux.

Rappelons que la CNIL dispose d’un site destiné aux enfants et aux adolescents.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés