Une organisation britannique en charge de la défense des consommateurs a mené un test sur la qualité des films proposés en Blu-Ray dans le commerce. D'après ses conclusions, à peine 5 films sur 17 testés sortent vraiment du lot. En revanche, 8 n'offrent qu'une amélioration marginale par rapport à leur version DVD.

Avec une capacité de stockage de 25 Go en simple couche et de 50 Go en double couche, les disques optiques Blu-Ray sont naturellement présentés comme des espaces de stockage de données idéaux. Ils permettent notamment de contenir des films en haute-définition afin de proposer au téléspectateur une expérience aussi saisissante que possible.

En théorie. L’organisation britannique Which ?, dont la mission est de défendre les intérêts des consommateurs, s’est intéressée à la qualité des disques Blu-Ray vendus dans le commerce. Et les résultats de son étude ne sont pas fameux. Sur 17 films testés à la fois en version DVD et en version Blu-Ray, seuls 5 sortent véritablement du lot. Cela représente moins d’un tiers du total.

Les cinq films qui présentent vraiment une qualité exceptionnelle sont Avatar, Casino Royale, Bons baisers de Russie, Le Magicien d’Oz et Zoulou. Viennent ensuite quatre films dont la version Blu-Ray offre une « amélioration significative » : Gandhi, Grease, Matrix et Terminator 2. Enfin, huit films dont l’amélioration est « marginale » : Matrix Reloaded, Die Hard, La Mort aux trousses, Gangs of New York, Master and Commander, Les Incorruptibles, Le Lauréat et Ghostbusters.

Pour mener à bien son enquête, Which ? a choisi des films qui ont vu le jour avant et après l’apparition du format Blu-Ray. Chaque long-métrage a été regardé à la fois en DVD et en Blu-Ray sur deux téléviseurs Sony Full HD (Bravia KDL-40W4500) et lu sur deux lecteurs Blu-Ray Sony (BDP-S550). Comme le rappelle l’organisation, les lecteurs Blu-Ray peuvent lire les disques Blu-Ray et les DVD.

Questionnée à ce sujet, la British Video Association a botté en touche sans véritablement fournir une réponse satisfaisante. L’une des explications avancées par Which ? porte sur la qualité de la source originale utilisée pour produire les films Blu-Ray. Dans le meilleur des cas, la source utilisée est de très haute qualité (le négatif), alors que dans la pire des situations, la source originale n’offre qu’une définition standard du long-métrage.

( photo : CC BY pitsyper )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés