Il ne sera finalement pas nécessaire de déménager. Eric Schmidt est revenu sur ses propos tenus la semaine dernière dans une émission sur CNN. Il explique s'être mal exprimé sur Street View et la place à accorder à la vie privée dans ce service.

Ce n’était donc pas une boutade, mais un malheureux quiproquo entre Eric Schmidt et l’animatrice de l’émission américaine Parker Spitzer. S’exprimant sur différents sujets ayant trait à la vie privée et à la confidentialité des données personnelles dans l’espace numérique, le directeur général de Google avait fait une suggestion très étonnante aux opposants à Street View.

En effet, Eric Schmidt a glissé à demi-mot que les individus hostiles au service de cartographie virtuelle pouvaient toujours déménager pour avoir la paix. Une proposition qui a évidemment surpris beaucoup d’observateurs et d’internautes, puisque le directeur général de Google donnait l’impression que c’était aux individus de s’adapter au développement de l’entreprise, et non l’inverse.

Suite à ce curieux épisode, un porte-parole de Google a transmis à The Register un communiqué d’Eric Schmidt précisant sa pensée. « Comme vous pouvez le voir dans la version non-éditée de l’entretien, mes propos ont été prononcés au cours d’une discussion assez longue sur la vie privée. Je me suis clairement mal exprimé [à ce sujet] » a-t-il expliqué.

« Si vous êtes inquiet à propos de Street View et souhaitez que votre domicile disparaisse, merci de contacter Google et nous le retirerons » a-t-il ajouté. Rappelons qu’une procédure automatisée existe en Allemagne. 244 234 demandes ont été enregistrées depuis. Cela représente un peu moins de 3 % des foyers allemands vivants dans les villes concernées par la version allemande de Street View.

( photo : BY-SA )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés