La version russophone de Wikimedia est actuellement sous le coup d'une enquête de la police russe. En effet, plusieurs plaintes ont été enregistrées, au motif que l'encyclopédie libre et gratuite hébergerait des documents extrémistes.

Wikimedia serait-il un nouveau vecteur pour diffuser des thèses extrémistes ? D’après le site Moscow News, la police russe mène actuellement une enquête pour déterminer si la version russophone de l’encyclopédie libre et gratuite héberge des documents extrémistes. L’agence de presse RIA Novosti indique que plusieurs plaintes ont été déposées en ce sens.

En 2007, le ministère de la justice russe a publié une liste de documents qui ont été interdits de distribution en ligne. La liste, qui comportait 14 noms, compte désormais 706 éléments.

« Nous avons vérifié quels documents de cette liste nous pouvions avoir, et nous avons découvert que nous avions la « Doctrine politique et sociale du fascisme »« , un ouvrage écrit par Mussolini.

« Peut-être est-il protégé par la propriété intellectuelle, et maintenant la communauté est en train de débattre si le document devrait être supprimé ou non » a expliqué l’un des responsables de Wikimedia Russie. S’il est avéré que le document enfreint la propriété intellectuelle, il sera retiré.

Si le document est maintenu en ligne, l’affaire pourrait se retrouver dans les tribunaux russes. Dans la mesure où la Wikimedia Foundation est régie par les lois de Floride, aux États-Unis, un blocage de l’encyclopédie en ligne au niveau des fournisseurs d’accès à Internet n’est alors pas à exclure.

Cela s’est notamment produit en juillet dernier, avec la décision d’un tribunal ordonnant le blocage de YouTube, suite à une polémique autour d’une vidéo nationaliste et xénophobe. La décision fut finalement renversée en appel, et remplacée par une mesure beaucoup plus souple. Plutôt que de filtrer tout le site, les FAI ont simplement reçu l’injonction d’interdire l’accès à certaines pages.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés