Pour combattre le piratage des applications vendues sur l'App Store, Apple a ouvert une nouvelle section sur la boutique en ligne. Intitulée "essayer avant d'acheter", la rubrique vise à découvrir des versions "lite" de certaines applications payantes. Mais pour l'heure, l'opération ne concerne qu'une poignée de programmes.

En lançant l’App Store en 2008, Apple savait pertinemment que les applications payantes allaient finir par être piratées et diffusées sur Internet. Pour lutter contre ce phénomène, amplifié par la réussite commerciale des produits mobiles de la firme, Apple a donc régulièrement mis à jour ses logiciels pour limiter la pratique du jailbreak.

Cependant, Apple n’a plus le droit de s’opposer légalement au jailbreak. Récemment, la Bibliothèque du Congrès a ajouté une liste d’exceptions au DMCA, une loi américaine sensiblement équivalente à notre DADVSI nationale. Brièvement, cette exception autorise le jailbreaking à des fins d’interopérabilité. Une décision regrettable du point de vue d’Apple, puisqu’elle limite l’action de l’entreprise pour combattre le piratage.

Cela étant, cette exception au DMCA n’interdit par Apple de combler les failles de sécurité et éviter l’exploitation de vulnérabilités pour casser les protections de son système. Mais malgré l’effort fourni pour colmater les brèches, Apple doit également travailler en aval pour inciter les internautes à revenir sur l’App Store plutôt que de fréquenter des dépôts d’applications pirates.

La firme de Cupertino a donc lancé une nouvelle fonctionnalité sur l’App Store. Intitulée « essayer avant d’acheter », cette section vise – comme son nom l’indique – à tester une application afin de savoir si oui ou non cela vaut le coup de l’acheter. Ou de passer son chemin. Une initiative intéressante, mais qui risque rapidement d’être confrontée à certaines difficultés.

En effet, cette rubrique ne propose pour l’heure que les versions gratuites d’applications payantes. Ces versions « lite », déjà disponibles sur l’App Store, vont être simplement déployées dans une section plus adaptée. Mais à terme, on peut supposer que les développeurs mettent au point davantage de logiciels en version d’essai afin de permettre à un utilisateur de découvrir l’application et de choisir en connaissance de cause.

Dans ce domaine pourtant, Apple n’est pas le précurseur. Du côté d’Android Market, Google va plus loin en offrant un remboursement intégral sous 24 heures si une application payante n’est pas satisfaisante. Reste à savoir si une telle mesure aura un impact sur les possesseurs d’iPhone jailbreakés ne souhaitant pas acheter sur l’App Store.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés