Serait-ce la fin d’une époque ? Alors que le BIOS est encore très largement répandu dans les cartes mères de nos ordinateurs, les signes annonçant la prochaine fin de carrière du « Basic Input Output System » se sont multipliés ces derniers temps. Dernière déclaration en date, celle d’un porte-parole de MSI – sous couvert d’anonymat -, annonçant que les jours du BIOS étaient désormais comptés.

À nos confrères de THINQ, il a ainsi déclaré que son entreprise « va commencer la phase UEFI d’ici la fin de l’année, et nous espérons qu’il sera largement adopté d’ici trois ans« . En clair, l’héritier du BIOS devrait arriver dès 2010. Et la firme taïwanaise compte très certainement être l’une des pionnières en matière d’intégration de l’UEFI sur les cartes mères.

Mais qu’est-ce que l’UEFI exactement ? Acronyme de « Unified Extensible Firmware Interface », il s’agit d’une application intermédiaire qui sera chargée de faire la liaison entre le micrologiciel et le système d’exploitation d’un ordinateur. Ecrit en C, il se veut plus souple que le BIOS qui était pour sa part conçu en assembleur.

°videmment, l’UEFI est loin d’être une technologie propre à MSI que l’entreprise chercherait à imposer coûte que coûte sur le marché des cartes mères, obligeant par la même occasion la concurrence à s’aligner sur les spécificités de l’UEFI. Successeur attendu du BIOS, cette technologie a été définie en commun par les grandes entreprises informatiques. Citons ainsi AMD, Dell, HP, Intel, IBM ou encore Microsoft.

L’UEFI doit apporter de nombreux avantages par rapport à son illustre ancêtre. Non content de fournir une certaine souplesse grâce à une conception en C, l’application devrait proposer une interface graphique de meilleure qualité et proposer une gestion plus fine et intégrée des machines comportant plusieurs systèmes d’exploitation.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés