L’impression de documents dans les nuages a le vent en poupe ces derniers temps. Après la présentation de Google Cloud Print en avril, c’est au tour de Hewlett-Packard de se positionner sur un créneau qui va très certainement être amené à prendre de l’ampleur dans les mois et les années à venir. Une évolution inévitable, à l’heure où les appareils nomades se multiplient dans les foyers.

À l’occasion de l’Internet Week, la firme américaine a donc dévoilé une toute nouvelle gamme d’imprimantes, chacune dotée d’une adresse e-mail unique. Sans surprise, l’objectif est le même que celui qui a poussé Google à s’intéresser à l’impression dans les nuages. Avec cette nouvelle approche, il devrait être possible pour un utilisateur d’imprimer des documents ou des photos directement depuis son imprimante ou en entrant l’adresse e-mail d’une autre imprimante.

Comme nous l’expliquions il y a deux mois, l’impression de documents n’est pas très optimisée à l’heure actuelle. Si un utilisateur souhaite envoyer un ordre d’impression depuis un dispositif nomade, il doit d’abord récupérer le bon pilote d’installation et suivre toutes les étapes nécessaires à la bonne configuration du circuit d’impression. Et le procédé devient vite rébarbatif dès lors qu’on souhaite relier plusieurs appareils (un smartphone, un PC portable, une tablette…).

Mais l’impression sur n’importe quelle imprimante reliée ne sera pas le seul point fort du nouveau projet de Hewlett-Packard. La firme veut également permettre l’hébergement de documents à distance, permettant par exemple de différer un ordre d’impression.

Selon Hewlett-Packard, cette toute première gamme d’imprimantes dans les nuages offrira des modèles à portée de tous les budgets, puisque la gamme de prix devrait osciller entre 99 et 400 dollars. Par ailleurs, l’entreprise projette également d’ouvrir une sorte d’App Store dédiée aux imprimantes, sur le même modèle que les boutiques d’Apple et de Google, rapporte le New York Times.

Cet espace, appelé ePrintCenter, permettra aux développeurs de mettre au point des applications pour imprimantes. Parmi les quelques exemples mis en avant par la société, citons Google Docs, Photos, Calendar, mais également Yahoo, MSNBC ou encore Facebook, Reuters ou Picasa.

Pour l’heure, la firme annonce que les premiers appareils seront capables d’interagir avec le projet de Google. Mais rien n’indique que cela durera. En effet, le géant américain de la recherche a choisi une approche très ouverte, en annonçant vouloir fédérer tous les constructeurs pour développer un standard commun ouvert à tous. Or, il n’est absolument pas certain que tous les acteurs du milieu soient disposés à s’ouvrir les uns aux autres.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés