C’est une étude passée relativement inaperçue, mais qui a de quoi surprendre. Selon une cartographie et un classement réalisé par Red Hat, la France serait en terme d’activité le pays champion du monde de l’open-source, sur 75 pays étudiés. Elle précède l’Espagne, l’Allemagne, l’Australie, la Finlande, le Royaume-Uni, la Norvège et l’Estonie, preuve que l’Europe est particulièrement favorable au logiciel libre.

L’activité open-source d’un pays se définit par des critères gouvernementaux (politiques de préférence aux logiciels libres dans l’administration, usage de logiciels libres…), industriels (nombre de développeurs actifs, proportion de logiciels libres installés dans les entreprises, nombre d’éditeurs de solutions open-source…), et communautaires (nombre d’utilisateurs grand public, de participants aux Wiki, de formations à l’open-source, de couverture dans les médias,…). Sur ces points là, la France serait numéro 1 au monde, surtout grâce aux critères gouvernementaux et communautaires.

En revanche, en terme de « potentiel environnemental », l’hexagone ne se place que 15ème mondial, loin derrière le champion suédois. Ici, ce sont les politiques publiques en matière de gouvernance électronique, de propriété intellectuelle, la croissance des TIC, la recherche et le développement, les infrastructures, ou encore la culture et l’éducation qui sont pris en compte. Plus un Etat est bien classé, plus Red Hat juge que son environnement social, technologique, économique et politique est favorable au développement du logiciel libre.

Et vous, trouvez-vous que ce classement reflète votre perception de l’open-source en France ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés