Présenté fin janvier, l'iPad d'Apple a suscité des réactions aussi diverses que variées. La firme de Cupertino pourrait cependant se voir contrainte de baisser les prix de son appareil, pour doper la popularité de l'appareil à travers un prix plus accessible.

Certes, nous n’en sommes pas encore à dire que l’iPad est un échec en puissance. Le dernier produit d’Apple se vendra peut-être très bien. Il n’empêche, depuis sa présentation lors de la keynote du 27 janvier dernier, l’engouement autour de la tablette tactile est relativement mesuré. Un sondage a mis en lumière que 52 % des personnes interrogées indiquent qu’elles n’ont pas l’intention d’acquérir cet appareil. Or ce chiffre n’était que 26 % avant l’annonce officielle, rapporte notre confrère de ZDNet.

De quoi inquiéter Apple, qui a portant placé la barre très haut, en proposant un appareil largement en dessous des 1 000 dollars ? Selon l’analyste Bill Shope, du Crédit Suisse, ces retours mitigés ne seraient pas tombés dans l’oreille d’un sourd.

Sur l’un des blogs du Wall Street Journal, Marketbeat, on apprend que l’expert a rencontré des dirigeants d’Apple qui, au cours de la conversation, auraient laissé entendre que la firme de Cupertino pourrait revoir la grille des prix de l’appareil si les ventes ne sont pas satisfaisantes.

Pour l’heure, l’iPad est vendu entre 499 et 829 dollars, en fonction de l’espace de stockage (de 16 à 64 Go) et des technologies embarquées (Wi-Fi ou 3G). Cependant, Apple serait prêt à faire de nouvelles concessions pour s’accaparer durablement un secteur encore jeune mais dont le potentiel est très important. Signe également que l’entreprise est résolue à ne pas céder un seul pouce à la concurrence, même si le marché de la tablette est particulièrement marginal.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés