Avec IdéNum, le gouvernement lance un label décentralisé de certification des internautes qui permettra aux services publics et aux entreprises privées de s'assurer de l'identité de celui qui utilise un site Internet. L'utilisateur aura lui l'avantage de ne plus avoir des dizaines de mot de passe à mémoriser.

Nathalie Kosciusko-Morizet a donné ce matin le coup d’envoi au label IdéNum (Identité Numérique), resté jusque là secrètement préparé par les services de la secrétaire d’Etat à l’économie numérique. Il s’agit d’offrir aux internautes le moyen de s’identifier en ligne sur différents services obéissant au même standard d’identification, grâce à un code PIN unique associé à un certificat matérialisé sur différents supports possibles (clé USB, carte à puce, téléphone mobile).

L’idée est de garantir aux prestataires l’identité de celui qui cherche à se connecter à un service, qu’il soit privé (consultation de factures, comptes en banque, journaux payants, e-mail, réseaux sociaux…), ou public (impôts, CAF, sécurité sociale, …). Plutôt que de délivrer un certificat de manière centralisée, l’Etat va déléguer la délivrance des certificats à différents prestataires, qui devront avoir reçu une homologation selon des critères définis par décret. Les certificats délivrés seront tous compatibles selon les normes définies dans le label IDéNum, et les internautes pourront choisir leur fournisseur.

Rien ne sera obligatoire. Le label sera basé sur le volontariat, pour éviter de faire se lever les boucliers des défenseurs du pseudonymat sur Internet. En effet si l’idée de certifier l’internaute est louable dans de nombreux domaines sensibles, particulièrement bancaires, il faut éviter d’en arriver brutalement aux extrêmes coréens où la carte d’identité est obligatoire avant de publier la moindre vidéo sur Internet.

L’idée est donc de faire adopter le procédé de manière beaucoup plus souple, en mettant en avant les avantages du label IdéNum pour l’utilisateur (un seul code PIN à retenir plutôt qu’une multitude de mots de passe et identifiants en fonction des services, choix du prestataire, choix du type de support, protection des données personnelles, …).

Mais plus l’adoption du mode d’identification certifié sera large, plus il deviendra naturel de s’identifier avec IdéNum, plus il sera utilisé spontanément y compris sur des sites privés comme DailyMotion. Or puisque tous les certificats seront liés à l’identité réelle du porteur, il sera simple ensuite de déterminer avec certitude l’identité de celui qui a posté une vidéo ou un commentaire illicite. Et l’on pourra alors arriver au modèle coréen sans même s’en apercevoir.

Une idée qui devrait plaire à Frédéric Mitterrand, qui exécrait récemment le fait que l’on puisse signer simplement « Zorro » sur les blogs.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés