Pas sûr que ça ait un grand intérêt pour les réseaux domestiques, mais les entreprises soucieuses de protéger l’intégrité de leur réseau pourrait s’y intéresser. L’Université de Pennsylvannie a mis au point une nouvelle méthode de réseau sans-fil basée sur la transmission d’un signal lumineux qui « rebondit » de manière diffuse sur les murs pour aller de l’émetteur au récepteur. Le réseau pourrait atteindre une vitesse de 1Gbps, voire plus.

« A moins que les murs soient peints en noir – auquel cas ils absorbent trop de lumière, il n’y a pas de raison de s’inquiéter de la qualité de la transmission dans une pièce« , assure Jarir Fadlullah, étudiant en ingénierie électrique. La méthode consiste à convertir un signal électrique en signal lumineux grâce à une diode laser, et réciproquement grâce à une cellule photo sensible. La lumière rebondit sur les murs jusqu’à atteindre sa destination. Le réseau utilise ainsi des ondes comme les réseaux 3G, WiFi ou WiMax, mais les ondes lumineuses ne peuvent pas traverser les murs en l’absence de fenêtre. D’où l’intérêt en matière de sécurité pour des entreprises un peu paranoïaques qui cependant, pour des raisons qui nous échappent, préfèrent utiliser des réseaux sans-fil que les bons vieux réseaux filaires.

ISPReview, qui rapporte l’invention, précise que des capteurs faisant office de relais pourraient être installés pour faire passer la lumière d’une pièce à une autre, voire d’un étage à un autre. Le site indique également que les systèmes optiques peuvent être plus pratiques que les réseaux sans fil traditionnels dans les environnements où les fréquences radio interfèrent avec d’autres équipements, comme dans les hôpitaux ou les avions.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés