Le contraire aurait été étonnant. La Chine a exigé qu'Apple bloque sur l'AppStore toutes les applications pouvant d'une façon ou d'une autre faire du tort à la légitimité du pouvoir en place. Principale cible du courroux chinois, le Dalaï-lama, surnommé le "diable à visage humain" dans l'Empire du Milieu.

Même le marché des applications mobiles est étroitement surveillé en Chine. Alors que l’iPhone est commercialisé depuis quelques semaines dans l’Empire du Milieu, le gouvernement central a exigé qu’Apple filtre toutes les applications subversives qui pourraient remettre en cause de près ou de loin le pouvoir en place. Censure que la firme de Cupertino a accepté de mettre en place, si elle veut continuer à faire des affaires en Chine.

Tandis que les versions occidentales de l’AppStore listent plusieurs applications en rapport avec le chef spirituel tibétain, la boutique virtuelle chinoise en revanche n’en affiche aucune. Ce sont avant tout les applications proposant des citations et des réflexions du Dalaï-lama qui sont visées. Parmi celles-ci, nous retrouvons ‘Dalai Lama Quotes’ ou encore ‘Dalai Lama Prayerwheel’, mais également une application dédiée aux récipiendaires du prix Nobel de la paix, prix qu’a reçu le Dalaï-lama en 1989.

Selon un porte-parole d’Apple, l’entreprise ne fait que « respecter les lois locales » du pays où elle se développe. « Certaines applications ne sont donc pas disponibles dans tous les pays« . Rappelons que la République populaire de Chine considère, pour des raisons historiques, le Tibet comme un territoire relevant de sa souveraineté, tandis que le gouvernement tibétain, en exil, juge la présence chinoise comme une occupation étrangère, suite à l’invasion de l’armée chinoise dans les années 50.

Ce n’est pas la première fois qu’une entreprise occidentale est obligée de courber l’échine pour faire du business en Chine. Dans le cas de Google par exemple, l’entreprise américaine avait dû accepter de censurer la version locale de son moteur de recherche, afin de purger toutes les images gênantes de la place Tien’anmen lors des manifestations en juin 1989.

En ce qui concerne Apple, la marque a déjà goûté à la censure chinoise en août dernier. En effet, l’accès à l’iTunes Store fut temporairement bloqué afin d’empêcher la diffusion de la compilation Songs for Tibet, « fruit de la collaboration de vingt artistes souhaitant afficher leur solidarité avec le Dalaï-lama et le Tibet« . Rapidement, les internautes chinois avaient appelé au boycott d’Apple et des chanteurs impliqués dans cet album.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés