Microsoft a dû retirer de ses serveurs un logiciel qui permet d'installer Windows 7 à partir d'une image ISO, après qu'un bloggeur a découvert que le logiciel était une modification dissimulée d'un logiciel libre sous licence GPL dont Microsoft hébergeait lui-même les sources.

Mise à jour : Microsoft a officiellement reconnu que le logiciel distribué était bien une modification d’un logiciel diffusé sous licence GPL. Il a assuré que ça n’était pas intentionnel, le logiciel ayant semble-t-il été créé par un sous-traitant qui n’a pas respecté la charte de Microsoft. L’outil sera remis en ligne cette semaine, cette fois avec ses sources sous licence GNU GPL v2. La firme de Redmond a expliqué qu’elle endossait la responsabilité puisque son processus de vérification du code a été défaillant. Elle a par ailleurs assuré avoir vérifié d’autres codes sources de logiciels disponibles sur Microsoft Store, sans détecter de problèmes.

Article du 12 novembre 2009 – Microsoft aime l’open-source. Pour le prouver à la communauté des développeurs, le géant de Redmond a ouvert une plateforme dédiée, CodePlex, sur laquelle il héberge de nombreux projets de logiciels libres, à la manière d’un SourceForge. Mais un peu comme avec les femmes, ça n’est pas forcément parce qu’on les aime qu’on les comprend. Ca prend du temps.

Microsoft a ainsi dû retirer de son site un logiciel propriétaire gratuit, le « Windows 7 USB/DVD Download Tool« , qui permet d’installer Windows 7 à partir d’une image (ISO) du DVD du système d’exploitation. Un outil bien pratique pour les possesseurs de netbooks qui n’ont pas de lecteur DVD. Selon une petite enquête réalisée par Raphael Riviera sur le blog Windows Within, le logiciel serait une version dérivée du logiciel libre ImageMaster, dont les sources publiés sous licence GPL sont hébergées sur CodePlex (apparemment sans que l’auteur ait été contacté, ce qui n’est pas nécessaire tant que la licence et les crédits d’usage accompagnent bien les sources).

Or non seulement le logiciel propriétaire distribué par Microsoft ne respecte pas la licence, qui impose que toute distribution d’une version modifiée soit accompagnée des sources de cette modification, mais en plus Microsoft a diffusé son outil avec une autre licence, propriétaire, qui interdit d’en diffuser des copies (ce qui nous a toujours semblé assez curieux s’agissant de freewares, soit dit en passant).

Le bloggeur s’en est aperçu en remarquant, en analysant le logiciel, que des noms de propriétés et de méthodes employés par le logiciel étaient les mêmes que celles utilisées dans ImageMaster.

En réaction, Microsoft a décidé de supprimer l’outil de son site web, et d’ouvrir une enquête. Son issue fait peu de doute. Elle lui permettra peut-être de mieux faire respecter les licences des logiciels libres par ses équipes. Car quand on aime les logiciels libres, c’est comme avec les femmes, il faut savoir les respecter.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés