Alors que Windows 7 est disponible depuis hier dans le commerce, l'APRIL a saisi cette occasion pour souligner à nouveaux les erreurs répétées que commet Microsoft à chaque nouveau système d'exploitation. Parmi les principaux reproches, nous retrouvons la vente liée, le secret entourant son code source et les doutes liés au Windows Genuine Advantage.

Fer de lance du logiciel libre en France, l’APRIL est une association dont le principal objectif est de promouvoir et défendre les standards ouverts auprès du grand public, des professionnels et des institutions dans l’espace francophone. À l’occasion de la sortie officielle de Windows 7, l’Association Pour la Recherche en Informatique Libre a publié hier un communiqué de presse détaillant les principaux soucis avec ce nouveau système d’exploitation.

Alors que le nouvel environnement informatique de Microsoft est globalement salué par la presse spécialisée et le grand public, l’APRIL a voulu – à la manière de la Free Software Foundation il y a quelques semaines – reprendre les principaux points noirs qui grèvent la concurrence dans le secteur des systèmes d’exploitation, mais qui constituent également un véritable problème en informatique.

Principal reproche, et non des moindres, la vente liée qui ressemble d’avantage de la vente forcée. Alors que Microsoft équipe déjà la quasi-totalité des ordinateurs avec ses solutions maisons, l’APRIL regrette que les remboursements des logiciels non souhaités constituent toujours un véritable parcours du combattant en France. Malgré le concours d’organisations comme l’AFUL (Association francophone des utilisateurs de logiciels libres) qui a mis en place le site dédié aux « racketiciels » et de la loi (article L122-1 du Code de la consommation interdisant la vente liée en France), cette pratique continue de prospérer.

Si à travers cette démarche l’APRIL y voit le moyen de mettre en avant les solutions libres, ce combat est avant tout dans l’intérêt du consommateur : s’il veut acheter un produit Microsoft, soit, pourvu qu’on lui laisse le choix. Et si une vente liée a néanmoins eu lieu, l’obtention d’un remboursement doit également cesser d’être une procédure de longue haleine.

L’autre critique porte sur la politique de Microsoft concernant son code source. Pour l’APRIL, le choix d’opter pour une source fermée est bien plus dangereux qu’une source ouverte. « Ses insuffisances en matière de sécurité sont difficiles à détecter et ne peuvent être corrigées que par Microsoft lui-même » note l’APRIL. Le Windows Genuine Advantage est également pointé du doigt, relégué au rang de logiciel espion par l’association.

« Avec Windows Seven, Microsoft tente de faire oublier le fiasco de Vista ; mais ce système d’exploitation souffre des mêmes tares que son prédécesseur. L’absence d’interopérabilité, les failles de sécurité et le contrôle d’usage privé sont encore plus insupportables dans un monde interconnecté « , regrette Frédéric Couchet, délégué général de l’APRIL.

Toutefois, soulignons quelques efforts de Microsoft, notamment du côté des navigateurs web : Microsoft a accepté de s’ouvrir à plus de concurrence et de choix lors du premier démarrage de Windows 7. L’utilisateur pourra dès le lancement de l’OS découvrir lesprincipaux navigateurs web sur le marché et télécharger celui qui lui convient le mieux.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés