Alors que le gouvernement britannique va terminer ses consultations sur la réponse législative à apporter au piratage sur Internet, les artistes anglais ont trouvé un compromis acceptable sur les sanctions à mettre en place contre les internautes suspectés de télécharger illégalement sur Internet : réduire drastiquement la bande-passante, sans pour autant déconnecter le pirate. Parmi les signataires, nous retrouvons des membres de la Featured Artists Coalition, mais également... Lily Allen.

Jusqu’ici très divisés sur la question de la riposte graduée contre les internautes suspectés d’échanger du contenu protégé par le copyright, les artistes britanniques ont finalement trouvé un compromis cette semaine lors d’une réunion à huit clos. Celle-ci réunissait à la fois les tenants d’une coupure de la connexion Internet et les défenseurs d’une sanction ne privant pas l’internaute du web. Les signataires de ce compromis vont d’Annie Lennox à George Michael, en passant par Ed O’Brien (Radiohead), Billy Bragg ou encore Nick Mason (Pink Floyd)… sans oublier Lily Allen qui a finalement mis de l’eau dans son vin et préconise désormais une réponse plus « acceptable ».

Pourtant, il y a encore quelques jours, la jeune chanteuse pop/rock anglaise était l’une des personnalités les plus actives en faveur d’un régime de riposte graduée contenant la fameuse coupure de la connexion Internet. Dans un blog récemment ouvert, Lily Allen soutenait le principe de la sanction ultime pour l’internaute ; mais si les artistes soutenaient sa démarche contre le piratage, comme James Blunt ou Elton John, d’aucuns trouvaient ses positions trop drastiques, comme les membres de la Featured Artists Coalition, partisans d’une réduction de la bande-passante des internautes.

Ainsi, cette semaine de nombreux artistes se sont réunis à Londres pour se mettre d’accord sur la meilleure façon de traiter le problème collectivement. L’objectif était de trouver une base commune pour avancer tous ensemble, sans pour autant préconiser des mesures trop dures contre les internautes. Un vote a dont eu lieu, et plutôt que de miser sur la solution soutenue auparavant par Lily Allen, les artistes ont choisi de mettre en avant une mesure sans doute plus convenable : maintenir une connexion Internet basique pour les internautes suspectés de piratage, mais en réduisant drastiquement les débits pour rendre les échanges de fichiers infernaux.

« Notre réunion a été l’occasion de voter notre soutien à la rispote graduée contre les individus téléchargeant en permanence des contenus protégés par le droit d’auteur ; cette mesure en trois étapes se décompose en deux lettres d’avertissement et en une sanction finale visant à réduire la bande-passante des pirates à un niveau rendant l’échange de fichiers impraticable, sans pour autant toucher aux fonctionnalités de base d’Internet, comme l’envoi d’e-mails » ont indiqué les artistes.

« Nous essayons de trouver une réponse proportionnée à un réel problème qui nuit à notre industrie » a déclaré Billy Bragg, du Featured Artists Coalition. Dernièrement, le débat au Royaume-Uni s’est tendu avec la fermeture dans un premier temps du blog de Lily Allen, celle-ci ne supportant plus les messages parfois très durs à son encontre dans les commentaires de ces publications,puis l’annonce de la fin de sa carrière musicale.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés