Alors qu'en occident l'impunité des fournisseurs de solutions P2P décentralisées semble acquise avec la perte des procès contre Morpheus et Kazaa, tel ne semble pas être le cas au pays du soleil levant. Isamu Kaneko, développeur d'une version dérivée de Freenet, l'a appris à ses dépens.

Son logiciel Winny avait un franc succès au Japon, mais ce n’était visiblement pas du goût des autorités locales qui le poursuivent selon toute vraissemblance pour « fourniture illégale de moyens », une accusation qui pourrait s’appliquer à toute création d’infrastructure réseau.

Kaneko est un activiste anti-copyright, mais milite pour trouver des alternatives légales et économiques au marché fermé de l’industrie culturelle. Son arrestation est donc choquante sous tous ces aspects, mais il est possible que le droit d’auteur n’ait rien à voir dans cette affaire. Des documents militaires japonais « confidentiels » auraient en effet été diffusés via Winny.

Il est donc trop tôt pour se faire une opinion sur l’affaire mais une chose est sûre, la simple fourniture d’un moyen de partager des fichiers ne devrait jamais mener à une condamnation.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés