Il peut être frustrant pour un internaute de voir des fichiers partagés sur des trackers BitTorrent auxquel il n'a pas accès. Des outils existent cependant et deux sites, notamment, proposent de faciliter l'inscription aux trackers privés...

Le Peer-to-Peer, ce sont des valeurs d’ouverture, de partage, de vie en communauté. Mais c’est aussi parfois un monde calfeutré où l’on partage entre soi, et surtout loin des autres, avec des règles strictes établies par des communautés fermées sur elles-mêmes. En quelques années, le nombre de trackers BitTorrent privés, fermés au public, a explosé. Les créateurs de ces trackers imposent à leurs ouailles des quotas d’upload indispensables pour éviter les leechers et le déséquilibre du réseau, et s’enferment en se croyant parfois, naïvement, à l’abri des regards des chiens de garde des MPAA et autres RIAA. Pour entrer, il faut être généralement invité par un autre membre, à la manière des processus de cooptation des confréries. Mais parfois, une porte s’ouvre, et les invitations sont alors offertes à tout le monde, pendant une période limitée.

Seulement, il n’est pas toujours facile de trouver ces trackers privés dont les portes se sont ouvertes. Heureusement, il existe des outils pour les repérer. Deux sites surveillent ainsi en quasi temps réel l’ouverture des inscriptions : Btracs.com et TrackerChecker.org.

Plus abouti, Btracs vérifie les trackers toutes les 10 minutes, et récupère même leur rang sur Alexa pour permettre un tri par popularité. Ils sont classés par genre (généraliste, TV, adultes…), et les trackers dont les inscriptions sont ouvertes sont identifiés par une icône. Actuellement, il référence 322 trackers, et 91 sont ouverts à l’heure où nous écrivons ces lignes. Les utilisateurs peuvent soumettre de nouveaux trackers, qui seront ajoutés à la liste de surveillance.

Moins fonctionnel mais plus complet à l’heure actuelle, TrackerChecker référence plus de 500 trackers BitTorrent, et affiche ceux qui sont ouverts avec une pastille verte.

Attention cependant, tracker privé ne veut pas dire tracker sécurisé. Il reste tout à fait déconseillé (et illégal) de s’en servir pour télécharger et partager des contenus protégés par le droit d’auteur. Les sociétés qui chassent les P2Pistes pour le compte des ayants droit peuvent eux aussi utiliser ces outils – ou d’autres, pour entrer dans les trackers privés et collecter les adresses IP des membres.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés