Pascal Nègre l'avait déjà laisser entendre, voici qui est officiellement confirmé à l'occasion du MIDEM. Le Syndicat National de l'Edition Phonographique (le SNEP) a indiqué son intention d'engager prochainement les premières poursuites judiciaires contre des internautes français.

C’est auprès de Reuters que le directeur général du SNEP a annoncé le lancement en France d’une campagne de terreur similaire à celle amorcée cet été aux Etats-Unis par la RIAA. Sans en préciser ni le nombre ni la date, Hervé Rony a toutefois indiqué que les actions contre les P2Pistes français seraient inévitables.

Il sera particulièrement intéressant de regarder la tactique juridique employée par le SNEP pour réussir à contrer en France les lois de protection de la vie privée qui empêchent la collecte des adresses IP. Etant donnée la difficulté de telles actions dans le système juridique français actuel, Hervé Rony pense déjà tenter de « convaincre le parlement » pour parvenir à ses fins.

Jusque là relativement épargnée par la crise mondiale du disque, l’industrie musicale française regroupée sous l’enseigne du SNEP a éprouvé en 2003 une chute des ventes de 14,6 %. A côté de ce syndicat qui regroupe l’ensemble des cinq majors de l’industrie (BMG, Universal, Sony, Warner, EMI), l’Union des Producteurs Français Indépendants accuse lui une chute moins importante, puisque l’UFPI constate une regression en valeur de 9,5 %. Un bon signe pour la diversité musicale.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés