L’académie de Stockholm a annoncé que le prix Nobel d’économie 2008 a été décerné lundi à l’Américain Paul Krugman, professeur d’économie à l’université de Princeton et éditorialiste au New York Times. Il est distingué pour avoir intégré les champs de recherche du commerce international et de la géographie économique, un domaine très éloigné du droit d’auteur. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir ses vues sur la question.

Dans un éditorial du New York Times publié le 6 juin 2008, le nouveau prix Nobel donnait raison aux « gourous technologiques des années 1990 », qui estimaient qu’avec le numérique, « quel que soit le produit (logiciel, livres, musique, films), le coût de la création devra être récupéré indirectement« . Il cite ainsi la journaliste et entrepeneur Esther Dyson, qui avait prédit en 1994 que les entreprises à l’avenir devraient « distribuer gratuitement la propriété intellectuelle pour vendre des services et des relations« .

Ces prédictions « deviennent une réalité plus lentement que ce que les enthousiastes attendaient, mais le futur qu’ils ont imaginé est toujours en marche« , écrit Krugman.

Il estime que l’argent dans la culture ne peut plus être réalisé dans la vente de disques, mais dans la vente de produits dérivés et de services. Y compris pour les livres, qui deviendront de plus en plus électroniques grâce aux progrès énormes réalisés sur l’encre numérique. « Pour le moment, les éditeurs gagnent autant pour un téléchargement sur le Kindle (l’e-book vendu par Amazon, ndlr) que sur la vente d’un livre physique. Mais l’expérience de l’industrie musicale suggère que ça ne durera pas« , estime Paul Krugman. « Une fois que le téléchargement des livres deviendra standard, ça sera difficile pour les éditeurs de continuer à facturer des prix traditionnels« .

Il pense même que les éditeurs de livres pourraient succomber à l’ère numérique, ce qui ne serait pas forcément mauvais pour la littérature. « Les livres pourraient bien finir par servir principalement de matériel promotionnel pour d’autres activités des auteurs, comme des lectures publiques avec entrée payante« , envisage le Nobel d’économie. « Si ça a marché pour Charles Dickens, j’imagine que ça sera suffisant pour moi« , ajoute-t-il.

Même si certaines activités créatrices seront très difficiles à rémunérer autrement qu’en faisant payer le fruit de la création elle-même, les professionnels « devront trouver un moyen » d’y arriver.

« Octet après octet, tout ce qui peut-être numérisé sera numérisé, rendant la propriété intellectuelle toujours plus facile à copier et toujours plus difficile à vendre plus cher qu’un prix nominal. Et nous devrons trouver les modèles économiques et les modèles d’affaires qui prennent cette réalité en compte« .

Il conclut en référence au groupe Grateful Dead, qui avait été pionniers en incitant leurs fans à copier des cassettes audio parce qu’ils avaient réalisé que plus ils avaient de fans, plus ils vendaient de produits dérivés et de places de concerts. « Tout ça n’arrivera pas immédiatement. Mais sur le long terme, nous serons tous des Grateful Dead« , prédit l’économiste.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés