Alors que le géant des hypermarchés américains avait annoncé à la fin du mois qu’il débrancherait les serveurs de DRM qui géraient les autorisations de lecture des morceaux de musique vendus jusqu’en février 2008 sur son service de musique en ligne, Walmart a annoncé a ses clients qu’il avait changé d’avis… « à la demande de nos consommateurs« .

Calmons tout de suite l’excitation naissante de Pascal Nègre, les consommateurs ne se sont pas rués en masse pour réclamer que les DRM soient maintenus. Ils demandent simplement à pouvoir continuer à lire les morceaux qu’ils ont acheté, ce qui est la moindre des choses. Walmart, qui avait dégagé en 2006 11,3 milliards de dollars de bénéfice, pouvait bien revenir sur les quelques économies envisagées et maintenir en ligne les serveurs Windows Media qui resteront, encore trop longtemps, une chaîne virtuelle entre le magasin et des clients qui se disent aujourd’hui sans doute qu’ils auraient mieux fait d’être « malhonnêtes » et de pirater les morceaux qu’ils ont préféré acheter.

Walmart, qui a repoussé sine die la date de fermeture des serveurs, continue de conseiller à ses clients de réaliser une copie sur CD audio des chansons achetées, « pour assurer leur accès depuis n’importe quel ordinateur personnel à n’importe quel moment à l’avenir« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés