Le projet de librairie audio qui devait être mise en place au MIT ne semble pas se dérouler aussi facilement que prévu. Les hautes instances de l'université ont décidé de clore le service temporairement afin d'éclaircir quelque points importants concernant les autorisations de distribution.

Nous vous présentions il y a peu le projet de deux étudiants du Massachusetts Institute of Technology, concernant la création d’une librairie audio accessible à tous les étudiants (la LAMP) via le système de télévision par câble de l’établissement. Or ce système reposait sur des accords avec différents intervenants extérieurs dont la Harry Fox Agency, une entreprise qui travaille pour l’association nationale des éditeurs de musique, et qui a le pouvoir d’accorder ou non une licence de distribution à une entreprise qui en fait la demande.

En l’occurrence les étudiants avaient pris contact avec Loudeye, une société basée à Seattle, qui leur avait assuré avoir obtenu cette licence lui donnant le droit de revendre la musique au MIT. Or il semblerait que Loudeye ce soit un peu avancé puisque après avoir pris des informations auprès de Harry Fox, les responsables de l’université ont eu la désagréable surprise d’apprendre que les négociations étaient toujours en cours. Ces informations ont entraîné l’interruption immédiate du service et ce jusqu’à ce qu’un accord définitif soit trouvé.

La réaction du MIT a été saluée par toutes les majors qui voient là un geste fort de la part de l’université, marquant ainsi sa volonté de montrer le bon chemin sur la voie de la légalisation des échanges de musique au sein des universités américaines. En effet le projet en lui meme n’est pas remis en cause, c’est seulement sur des points juridiques que certains soucis demeurent, ce qui prouve que le chemin de la légalité n’est pas le plus facile…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés