Ce sont les réseaux IRC qui ont payé le plus lourd tribut suite à la diffusion du ver Fizzer, dont nous vous faisons l’écho dans un précédent article. Mais qui pourra sauver l’IRC de ce péril ? L’IRC bien sûr !

En effet, le ver Fizzer ne cesse de faire des ravages autour du monde. Rappelons qu’un ver n’est pas un virus à proprement dit, puisqu’il se contente la plupart du temps d’assurer sa descendance en se repandant de machine en machine. Le ver Fizzer contamine notamment les réseaux IRC, les messageries instantanées, ainsi que le réseau FastTrack du logiciel KaZaA.

Face à l’ampleur de la contamination dont nous nous faisions l’écho précedemment, certains éditeurs de logiciels de sécurité tels que Symantec ont réhaussé leur niveau d’alerte. Ce ver est peu dangereux en soit, si ce n’est qu’il expose les serveurs à une utilisation intensive de leurs ressources. Il ne concerne par ailleurs que les systèmes Windows.

D’autre part, les machines contaminées servent de robot pour se connecter aux réseaux IRC, tentant ainsi des attaques DoS (Denial of Service, ou Deni de Service) qui visent à provoquer des disfonctionnement en les bombardant de requêtes.

C’était sans compter sur une équipe d’utilisateurs de réseaux IRC qui ont décidé de contre-attaquer. Ils ont en effet réussi à localiser un site hébergé par la filiale de Yahoo, Geocities, qui semblerait être utilisée comme base arrière par le vers pour se reproduire et se mettre à jour. L’opération « nettoyage » s’est alors mise en marche.

«  Nous espérons que les robots recherchent un exécutable pour effectuer leurs mises à jour « , expliquent ainsi les membres de cette force spéciale improvisée. Si tel est le cas, alors l’impact de Fizzer sur IRC pourrait n’être plus qu’un mauvais souvenir…

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !