Autrefois le leader incontesté de la téléphonie mobile, Nokia est désormais un acteur secondaire des smartphones. Ce que l'on sait moins en revanche, c'est la provenance et le sens de son nom.

Vous souvenez-vous du temps où Nokia dominait le monde de la téléphonie mobile ? C’était l’époque des 3210 et 3310. Autant dire que c’était il y a une éternité — et ce n’est pas le fait d’en ressortir un avec la prise en charge de la 4G qui a permis au groupe de revenir durablement sur le devant de la scène. Aujourd’hui, Nokia est un acteur mineur du marché des smartphones, loin derrière Apple ou Samsung.

Nokia 3.2
Nokia reste actif sur le marché des smartphones, mais son poids est devenu anecdotique. // Source : Nokia

Si l’histoire récente de Nokia est surtout liée à l’univers des télécoms, ses racines plongent dans l’industrie de la pâte à papier. En effet, c’est en 1865 que l’ingénieur finlandais Fredrik Idestam a installé sa première usine, dans le sud de la Finlande. C’est à cette date que la société Nokia a officiellement été fondée, même si à l’époque elle ne portait pas encore ce nom.

Il faudra en effet attendre l’ouverture d’une deuxième usine, « peu de temps après » selon la compagnie, près de la rivière Nokianvirta, qui coule entre le lac Pyhäjärvi et le lac Kulovesi, situé un peu plus au nord, pour que l’inspiration saisisse Fredrik Idestam. Son entreprise s’appellera Nokia. C’est d’ailleurs aussi à proximité de ce cours d’eau que se trouve la ville de Nokia, qui compte près de 34 000 âmes.

Le sens archaïque du mot Nokia, un mystère

Ce qui est moins évident, en revanche, c’est le sens profond du nom de Nokia. Basée sur des travaux en finnois (Larry Huldén : Oliko soopeli karjalainen turkiseläin ? Viipurin läänin historia II. Jyväskylä 2004), ainsi que sur des pages rédigées dans cette même langue, l’encyclopédie Wikipédia rapporte plusieurs hypothèses expliquant l’origine du terme, en se basant sur le finnois moderne et sa version plus archaïque.

Castor
Un castor d’Europe en train de nager. // Source : Jez

Ainsi, en finnois moderne, « noki » signifie « suie » et « nokia » est son pluriel infléchi, bien qu’il soit précisé que cette forme du mot soit rarement, voire jamais, utilisée. Mais en finnois archaïque, une théorie couramment admise indique que le mot « nois » (pluriel « nokia ») ou « nokinäätä » (« martre de suie ») signifie « zibeline », en référence à ce petit mammifère au pelage plutôt sombre.

Sauf que des recherches ultérieures suggèrent que la zibeline n’a jamais habité la Finlande — aujourd’hui, elle vit essentiellement en Russie, en Mongolie, dans l’extrême nord du Japon et à quelques endroits entre la péninsule coréenne et la Chine. Dès lors, d’aucuns suggèrent que « nois » ne voudrait pas dire zibeline, mais en fait « castor ». Une espèce que l’on trouve abondamment en Scandinavie.

Historiquement, la plus ancienne référence écrite au mot Nokia remonte à 1505.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo