Bumble, une application de rencontre qui se revendique féministe, et Badoo, aimeraient bien que leurs utilisateurs et utilisatrices répondent à tous leurs messages. Et elles l'ont fait savoir.

Bumble et Badoo en ont ras la casquette du ghosting, cette pratique qui consiste à ne pas répondre à un message envoyé dans l’espoir que la personne en face se lasse. À l’occasion d’Halloween, comme l’a repéré le Guardian, les deux apps de rencontre ont annoncé des mesures visant à empêcher les utilisateurs de jouer aux fantômes. Mais est-ce une bonne idée ?

Une experte en ghosting, et des suggestions automatiques de réponses

Bumble, une application de rencontre où «  les femmes mènent le jeu », a ainsi officialisé l’embauche (on ignore si elle est temporaire) de Kate Leaver, une journaliste et auteure, au rang de « spécialiste du ghosting ». Son rôle ? Recevoir les confessions d’utilisateurs ghostés, les épauler, et les conseiller.

Badoo a elle annoncé qu’elle proposerait désormais des suggestions de réponses à la manière de Gmail, comme « hey, désolé pour la réponse tardive. Quand es-tu libre pour se rencontrer ? », ou « hey, je pense que tu es sympa, mais je ne nous vois pas comme un match. Prends soin de toi ! ».

« Il y a beaucoup de cœurs brisés et de personnes confuses  »

Interrogée par le Guardian, Kate Leaver a expliqué vouloir remettre « la gentillesse et le respect » au goût du jour. « Il y a beaucoup de cœurs brisés et de personnes confuses. Les gens ghostent tout le monde, partout (…) Je pense que les gens sont trop frileux, trop paresseux ou trop lâches pour avoir les conversations qu’ils devraient avoir », a-t-elle ajouté. Selon elle, le ghosting laisserait des séquelles psychologiques « assez extrêmes » sur ceux qui le subissent et doivent vivre « sans explication », « dans le silence avec leurs propres insécurités. »

« Les gens sont trop frileux, trop paresseux ou trop lâches  »

De son côté, Bumble – qui envoyait déjà à ses utilisateurs et utilisatrices des notifications de rappel en cas de non-réponse – a jugé dans un post publié le 26 octobre que les comportements comme le ghosting et le zombie-ing (le fait de revenir après un long moment sans réponse) étaient de «  mauvais comportements », «  douloureux », qui se soldent par « du ressentiment, de la colère ou de la confusion ». Il est également écrit qu’« être direct peut permettre de laisser la porte ouverte pour le futur. »

Pour Bumble comme pour Badoo, ce combat ne doit rien au hasard. Pour ces applis de rencontre, trop de non-réponses peuvent faire perdre des clients, et donc, de l’argent…

Ces discours posent pour autant question. Le ghosting, comme l’explique Vice dans un article, est aussi une manière de couper les ponts avec une personne à qui on ne doit pas forcément une explication. Il peut, dans certains cas, s’avérer être la seule réponse possible à une conversation qui vire au harcèlement – ce qui plus commun qu’on ne le pense sur ces applications. Lorsque c’est le cas, recevoir un message automatique de type « ce serait sympathique de répondre » n’est, en l’occurrence, vraiment pas «  sympathique. »

Partager sur les réseaux sociaux