Facebook a retiré une publicité de Natural Cycles : l'application mobile s'y présentait comme « extrêmement précise ». Un organisme britannique estime que ces mots induisent en erreur, en laissant entendre que l'app peut remplacer une contraception.

Mise à jour du 18 septembre : suite au signalement d’un hôpital suédois en janvier 2018, l’agence de contrôle des médicaments suédoise a enquêté sur l’application. Ses conclusions ont été publiées en ligne le 13 septembre. Elles sont plutôt favorables à Natural Cycles, puisque l’agence suédoise estime que les taux de réussite présentés par l’application sont réalistes. Elle a en revanche regretté que le risque d’échec ne soit pas plus clairement explicité, et exigé de l’entreprise qu’elle l’inscrive dans ses conditions d’utilisation, ce que cette dernière a accepté de faire.

Il y a quelques semaines, nous vous parlions de l’application, voici l’article original :

 

Natural Cycles promettait que sa méthode de contraception était « extrêmement précise » dans une publicité diffusée sur Facebook. L’Advertising Standards Authority (ASA) vient de mettre en cause la véracité de ces mots : l’organisme d’autorégulation de l’industrie publicitaire au Royaume-Uni estime que l’application mobile a diffusé une annonce mensongère. Sur ses conseils, le réseau social a banni la publicité.

L’annonce mentionnait que Natural Cycles est une méthode « cliniquement testée  ». Or selon l’ASA, ces mots risquaient d’induire en erreur les personnes utilisant cette application. L’organisme d’autorégulation a considéré que cette publicité laissait entendre que l’application pouvait remplacer des méthodes de contraception.

L’application prétend être une contraception efficace. // Source : Natural Cycles Kit de presse

Un algorithme suffit-il à éviter une grossesse ?

Natural Cycles avait déjà fait parler d’elle au début de l’année 2018 : cette application de suivi menstruel, qui prétend être une méthode de contraception efficace et non invasive, n’avait pas empêché 37 cas de grossesses non désirées chez ses utilisatrices. L’application mobile s’était alors défendue en répondant qu’ « aucune contraception n’est efficace à 100 % ».

Cet incident avait posé la question de l’efficacité prétendue d’une telle application mobile. Interrogée par nos soins, la gynécologue Elisabeth Paganelli n’avait pas hésité à affirmer que Natural Cycles est « une arnaque » : la spécialiste déconseillait de faire confiance à un tel algorithme pour éviter une grossesse.

À l’image de Clue ou Flo, Natural Cycles invite son utilisatrice à renseigner des informations sur son cycle menstruel sous forme de calendrier. Cependant, l’application diffère de ses consœurs en assurant que son utilisation assure une efficacité similaire à celle d’une contraception hormonale, la pilule contraceptive.

L’app vient d’être approuvée aux États-Unis

Natural Cycles s’accompagne d’un thermomètre, permettant aux utilisatrices de prendre leur température chaque jour. En fonction de cette information, l’algorithme de l’application identifie les jours fertiles : à ces périodes, Natural Cycles recommande d’utiliser une contraception supplémentaire en cas de relations sexuelles, comme le préservatif.

Malgré les critiques adressées à Natural Cycles, l’application a réussi à obtenir une approbation de la part de l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux le 10 août dernier. En février, le service avait été reconnu comme une forme de contraception par l’Union européenne.

Partager sur les réseaux sociaux