Plusieurs clients d'Amazon se plaignent d'avoir été bannis du site. L'entreprise a bloqué les comptes de plusieurs personnes, justifiant ce choix par un grand nombre de colis renvoyés.

Si Amazon veut livrer des colis dans le coffre des voitures pour faciliter la vie de ses clients, sa patience envers ceux qui lui renvoient trop de produits est désormais limitée. Le 22 mai 2018, The Wall Street Journal a en effet révélé que plusieurs clients du site de e-commerce avaient vu leur compte fermé sans préambule.

Amazon, qui permet depuis plusieurs années de renvoyer un colis gratuitement, a ainsi bloqué des clients qui ont retourné un trop grand nombre de colis. Le média anglophone s’est entretenu avec deux clients qui ont été bannis du site, sans avoir été alertés au préalable.

Ces cas ne seraient pas isolés : selon les informations de Business Insider, une centaine de clients d’Amazon a connu une expérience similaire à la fin du mois de mars et au début du mois d’avril.

CC Flickr Stock Catalog

Le site craint-il des fraudes ?

D’autres clients du site expliquent avoir reçu des emails de la part d’Amazon, pour cause de colis renvoyés jugés trop nombreux par leur expéditeur. Sur Twitter, des internautes évoquent également leur bannissement du site.

Cette vague de fermetures s’expliquerait par la crainte d’Amazon que ces clients fraudent à travers cette pratique. Business Insider note que, sur certains groupes Facebook privés, des clients de l’entreprise concernés par cette vague de blocage admettent avoir déjà violé la politique d’Amazon. Ils expliquent notamment avoir laissé de bonnes critiques sur le site, pour obtenir en échange une récompense (comme une carte cadeau).

Le site de e-commerce, qui a enregistré un premier trimestre record en 2018, sera probablement moins conciliant avec les clients qu’il suspecte de violer ses conditions d’utilisation. Et peut-être calmer les ardeurs des éventuels copycat de ce couple qui avait réussi à se faire 1,2 million de dollars sur le dos du SAV.

Partager sur les réseaux sociaux