En Chine, des lunettes dotées d'une technologie de reconnaissance faciale ont fait leur apparition chez les forces de police. Cette technologie, qui identifie les visages à l'aide d'une base de données, a déjà été utilisée dans une gare du pays.

Ces lunettes-là n’ont pas grand chose de commun avec les Snapchat Spectacles — excepté le fait d’être connectées. En Chine, ces nouvelles venues rejoignent le reste des outils mis à disposition des fonctionnaires à des fins de surveillance.

Chaque paire de lunettes est en effet équipée d’une technologie de reconnaissance faciale, destinée à repérer des individus — y compris dans un endroit bondé comme une gare ou un aéroport.

Une fois ces lunettes posées sur le nez de son porteur, elles s’avèrent capables d’identifier les passants en quelques secondes. La caméra intégrée au dispositif mesure notamment la profondeur du visage, dont les mesures sont ensuite comparées à une base de données d’individus préalablement identifiés.

CC Flickr Alexander von Halem

Les lunettes ont déjà été testées

Mises au point en 2017, ces lunettes ont déjà été testées dans l’enceinte de la gare de Canton-Est, le terminus d’une ligne de banlieue qui va jusqu’à la ville de Shenzhen. À cette occasion, les lunettes ont aidé à l’interpellation de sept personnes recherchées. Vingt-six individus voyageant sous une fausse identité ont également été repérés par ces lunettes.

Présentées comme une alternative à d’autres technologies de reconnaissance faciale fixes, ces lunettes aideraient les autorités à se fondre dans la foule pour mener des interpellations. Néanmoins, un tel dispositif suscite de nombreuses critiques.

Des risques de « surveillance omniprésente »

« La possibilité d’équiper les policiers d’une technologie de reconnaissance faciale sur des lunettes de soleil pourrait rendre la surveillance encore plus omniprésente dans l’État chinois », analyse notamment William Nee, membre d’Amnesty International.

En Chine, la reconnaissance faciale commence à investir de plus en plus d’espaces communs, comme ce restaurant à Hangzhou ou l’aéroport de Nanyang.

Partager sur les réseaux sociaux