Le Wall Street Journal annonce que Microsoft a cessé ses négociations avec les quatre majors de l’industrie du disque : Universal, SonyBMG, Warner et Universal.

Sans citer ses sources, le quotidien américain affirme que le géant de l’informatique a décidé vendredi dernier de couper ses pourparlers avec les quatre plus grosses maisons de disques mondiales. La firme de Redmond espérait pouvoir annoncer un service par abonnement tel que celui de Rhapsody, Napster ou Yahoo.

La rupture des négociations met donc de côté le projet qui aurait permis à Microsoft de concurrencer son rival Apple sur le juteux marché de la musique en ligne. Selon le Wall Street Journal, chacune des quatre maisons de disques aurait demandé à Microsoft entre 6 et 8 dollars par abonné. Le seul paiement des droits d’auteurs aux quatres maisons de disques aurait donc coûté plus de 25 dollars, auxquels doivent s’ajouter les droits pour les indépendants (qui représentent 25% du marché mondial), et les frais afférants à l’exploitation de la plateforme. Ce serait d’après ce qui a été indiqué au Journal les conditions habituelles pour ce type de plateforme.

Sachant que Yahoo facture le même service 5 dollars, il est permis de se demander quelle peut être la rentabilité d’une telle plateforme.

Microsoft réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 30 milliards d’euros. Ensemble, Universal Music (5 millards), SonyBMG (très opaque, certainement autour de 3,5 milliards), EMI Music (3 milliards), et Warner Music (3 milliards) réalisent moins de la moitié du chiffre d’affaires du géant de l’informatique. Et pourtant elles arrivent à lui tenir tête et à imposer leurs règles du jeu.

A la bourse ce matin, les quatre majors voient le prix de leurs actions grimper. Celle de Microsoft perd 0,89%.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !