Deux sites qui proposaient des liens vers des programmes de P2P ont été fermés ces dernières semaines. De force pour Sharereactor, ou par prudence en ce qui concerne Jigle.com. Les coups de boutoir contre des figures du monde du P2P sont de plus en plus fréquents, et les nouveaux procès que prépare la RIAA n’arrangent pas les choses.

Alors que le trouble règne, un semblant de réponse est enfin disponible concernant les raisons officielles de la mise hors ligne de Sharereactor. Le Swiss Judical Inquiry Department de Thurgau (Suisse) a ordonné que le site soit fermé et les serveurs saisis, pour violation de droit d’auteur. Simon Moon, l’administrateur de Shareactor, a également subi une garde à vue. L’affaire remonte à une plainte déposée par l’association suisse contre le piratage, au nom des majors du disque et du cinéma.

A l’heure où la RIAA annonce 532 plaintes supplémentaires contre les utilisateurs américains (ce qui porte le total à près de 1600), la stratégie de la terreur employée par l’industrie semble fonctionner. Un autre nom bien connu de la communauté eDonkey, Jigle.com, est lui aussi hors ligne pour le moment. Son administrateur Melange a rendu son site inaccessible pour des raisons plus ou moins floues (ne pas nuire à Simon Moon…) mais surtout pour d’évidentes raisons de précautions.

Enfin, AFCmovies.com (Asian Cinema Forum), qui proposait des forums de discussion et des liens eDonkey vers des copies illégales de films, a également fermé sa page de liens suite aux derniers développements de l’affaire Sharereactor.

Façon mongole, les traditionnels sites eDonkey illégaux sont progressivement condamnés à mort, soit par suicide, soit par assassinat. Mais est-ce une victoire de l’industrie du divertissement ou ces affaires ne feront-elles qu’inciter les pirates à se protéger davantage, rendant leurs activités de plus en plus difficiles à contrôler, et donc de plus en plus efficaces ?

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.