Une pétition a été lancée pour sauver FilmStruck, une plateforme de vidéo à la demande par abonnement pour les aficionados des films de patrimoine. Sa fermeture est prévue pour ce 29 novembre 2018.

Sur le site de FilmStruck, il n’y a plus qu’un panneau noir, et du texte étalé sur la seule page d’accueil accessible : « Nous avons le regret de vous informer que le service FilmStruck s’arrêtera le 29 novembre 2018. Nous ne prenons plus de nouveaux abonnés. »

Les abonnés existants, eux, peuvent continuer à utiliser le service jusqu’à la fin du mois. La plateforme de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) pour cinéphiles, lancée il y a à peine 6 mois en France, est ensuite censée être fermée définitivement.

Capture de FilmStruck en France // Source : Filmstruck

Un « service de niche »

Il s’agit d’une décision conjointe de The Criterion Collection. Turner et Warner Bros. Digital Networks, annoncée le 26 octobre 2018. « Même si FilmStruck dispose d’une base de fans très loyale, cela reste un service de niche », explique le communiqué. « Nous utiliserons ce que l’on a appris grâce à FilmStruck pour nos prochaines décisions commerciales dans les contenus fournis directement aux clients. »

FilmStruck a été lancé en 2016 avec un positionnement différent des mastodontes comme Netflix : au lieu de la quantité, la plateforme propose pour 5,99 euros par mois une sélection pointue de films et des cycles thématiques. À son arrivée en France en juin 2018, on comptait 148 films, dont les Parapluies de Cherbourg (1964),  À Bout de Course (1988), Guet-Apens (1972) ou encore 2001, l’Odyssée de l’Espace (1968).

« Des ressources indispensables pour apprécier le septième art »

Une pétition a été lancée sur Change.org pour empêcher cette fermeture. « [FilmStruck] a offert aux cinéphiles des ressources indispensables pour apprécier le septième art, et a apporté tant de joie toutes celles et ceux qui pensaient que beaucoup de ces films ne seraient jamais disponibles sur une plateforme de streaming », insiste le réalisateur à l’origine de la pétition.

Le 6 novembre 2018, elle disposait de 35 000 signatures, notamment grâce au petit coup de projecteur apporté par l’acteur Bill Hader (de la série Barry). Assez pour faire changer d’avis ses propriétaires ?

Partager sur les réseaux sociaux