On ne plaisante plus avec le piratage aux Etats-Unis. L’Association des Logiciels de Loisirs (ESA) s’est félicitée lundi de la condamnation à quatre mois de prison ferme prononcée contre un fournisseur de consoles Xbox modifiées et remplies de jeux piratés…

L’Entertainment Software Association est heureuse. Elle voulait une condamnation pour l’exemple, et elle l’a obtenue. A 27 ans, Don Perreira a été condamné par un tribunal de Hawaii à quatre mois de prison ferme, quatre mois de détention à domicile, et trois années de liberté surveillée à sa sortie. Il était poursuivi pour avoir possédé et distribué des consoles de jeux Xbox pucées et pré-chargées avec des copies illicites de centaines de jeux-vidéo, films, clips et autres images. Les consoles pirates étaient alors fournies à son complice John Oroyan, un homme de 40 ans qui se chargeait de les revendre sur le marché noir.

Orayan avait plaidé coupable le 31 juillet 2006 et avait été condamné à cinq ans de mise à l’épreuve, trois mois de détention à domicile, et 300 heures de travail d’intérêt général. « Ces condamnations envoient un message clair aux pirates de jeux-vidéo que le vol de propriété intellectuelle est un délit sérieux et qu’il sera poursuivi aussi loin que la loi le permet », a rappelé Ric Hirsh, le vice-président senior de la Mise en Oeuvre de la Propriété Intellectuelle à l’ESA. L’association dit représenter par ses membres 90 % du marché du jeux-vidéo, qui pesait 7 milliards de dollars aux Etats-Unis en 2006.

Ces condamnations cependant ne visent que les revendeurs de consoles préchargées avec des jeux piratés. Il ne s’agit que d’une infime part du marché des consoles pucées, qui s’adresse à un public de plus en plus large. Les créateurs de modchips font tout pour simplifier le hack des consoles, avec par exemple de simples cartouches modifiées pour la Nintendo DS ou des puces sans soudure pour la Xbox. Toutes les consoles, à l’exception de la PlayStation 3 (dont les jeux ont cependant déjà été copiés avec succès), ont leur modchip, y compris les nouvelles Wii et Xbox 360.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.