Nous avons rencontré Ralph Fulton, directeur créatif de Forza Horizon 4, et discuté mobilité électrique avec lui.

La sortie de Forza Horizon 4 sur Xbox One et Windows 10 est imminente. Pour nous faire attendre jusqu’au 2 octobre 2018, Microsoft a convié la presse lors d’un événement où nous avons croisé Ralph Fulton, directeur créatif chez Playground Games (studio qui appartient désormais au géant américain). Pendant les quelques minutes d’interview qu’il nous a consacrées, nous avons préféré parler avec lui de mobilité électrique, plutôt que de limiter nos questions au seul jeu vidéo.

D’ailleurs, quel conducteur est Ralph Fulton ? S’il se réjouit de l’électrification, il estime que le pays où il vit n’est pas encore prêt à franchir totalement le pas. «  En Grande Bretagne, nous ne sommes pas encore prêts au niveau des infrastructures de recharge. C’est de mieux en mieux mais ce n’est pas encore cela. Je ne sais pas où cela en est pour vous mais, aux États-Unis, ils sont très, très en avance. Quand la Grande Bretagne y sera, ce sera plus simple de faire la transition », confie-t-il.

En souriant, ce grand fan de bruit automobile glisse qu’il vient de s’offrir une voiture, qu’il juge « ridiculement » inefficiente et « probablement pas bonne pour l’environnement. »

Forza Horizon 4 // Source : Microsoft

L’électrification des jeux vidéo

Certes, les jeux vidéo ne font pas face aux mêmes problématiques que la planète. Puisque tout est virtuel, polluer ou tuer un environnement 100 % fictif importe peu. Dans un futur proche, des expériences comme Forza Horizon 4 pourraient donc avoir un vrai travail de mémoire. Pour Ralph Fulton, il a même déjà commencé.

« Nous gardons certaines voitures en vie dès maintenant. Celles qui n’existent plus, celles que vous ne pouvez plus conduire aujourd’hui ou celles qui sont tellement rares que vous ne les verrez jamais en vrai. À mesure que nous irons vers l’électrique et la conduite autonome, les jeux vidéo seront de plus en plus un moyen pour les nouvelles générations d’approcher le pilotage d’avant  », nous explique-t-il.

La Tesla Model S P90D dans Forza Horizon 3 // Source : Playground Games

La franchise Horizon a déjà eu des voitures électrifiées, dans le sillage de la Tesla Model S. Mais sa présence est restée plutôt confidentielle. Toutefois, il ne faut pas y voir un éventuel problème d’équilibrage (une voiture électrique accélère beaucoup plus vite au démarrage) dans une licence axée sur une conduite arcade.

« Nous avons plus de 400 voitures dans le jeu, avec plusieurs catégories différentes. Il y a certains joueurs qui ne veulent que les modèles les plus rapides à l’accélération de 0 à 100 km/h. Mais si c’était le cas de tout le monde, nous ne proposerions que ce type de voitures. Nous avons tous les véhicules, car tous les goûts sont dans la nature », assure Ralph Fulton.

Comprenez : les véhicules électrifiés ont autant leur place que les autres. «  Dans Horizon, il est question de variété et de diversité, et d’expériences que tout un chacun a envie de vivre », appuie-t-il. Une fois que tous les constructeurs s’y seront mis sérieusement et multiplieront les gammes, alors nous devrions en voir de plus en plus dans les productions vidéoludiques.

La rencontre se termine sur une question plus personnelle : comment développer un jeu qui se déroule dans son pays d’origine ? « C’est plus difficile que je ne le croyais car, ici, dans l’équipe, tout le monde vient de Grande Bretagne et, dès lors, chacun était très critique et protecteur sur certaines choses », concède Ralph Fulton. Pourtant, le résultat est à la hauteur.

Forza Horizon 4 est disponible sur Xbox One et Windows 10

Partager sur les réseaux sociaux