Avant de lancer Salto.fr, une plateforme de SVOD pour contenus français, les trois groupes de l'audiovisuel français avaient envisagé de racheter le service français Molotov. Mais l'accord n'a pas eu lieu.

France Télévisions, TF1, M6 ont cherché à racheter le Français Molotov, qui distribue gratuitement les chaînes de télévision par internet, affirme Libération dans une enquête du 20 juin 2018.  Ce dernier aurait demandé 100 millions d’euros, une somme jugée trop importante pour les trois diffuseurs.

Le 15 juin dernier, ces trois gros groupes de l’audiovisuel français ont annoncé le lancement de Salto.fr, une plateforme de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) censée proposer des contenus de toutes les chaînes partenaires des groupes, en replay et en direct. Or pour monter ce projet, les partenaires n’auraient prévu d’investir au total 50 millions d’euros, avait rapporté le Monde.fr.

Capture d’écran Salto.fr

L’avenir de Molotov

A l’époque, nous mentionnions déjà que la variable « Molotov » n’avait pas été abordée à l’annonce de ce partenariat entre TF1, M6 et France Télévisions. Molotov permet de regarder par internet, en direct et gratuitement, un grand nombre de chaînes françaises. « Votre télé sur place et à emporter », prévient le site officiel.

Or Salto.fr est censée être une plateforme payante qui proposera des diffusions en direct ainsi que du replay (à plus que 7 jours) et des contenus exclusifs, en fonction des abonnements qui seront présentés — à ce jour, on parle de deux abonnements —.

5,5 millions d’utilisateurs mais peu de revenus

A ce jour, Molotov passe des accord avec les chaînes pour avoir le droit de diffuser leurs contenus : nul ne sait si ces partenariats devront être renégociés à l’arrivée de Salto. Contacté par Numerama, Molotov a pour l’instant décliné de répondre à nos questions

Bien que Molotov ait annoncé récemment un partenariat avec l’INA, et ne se vante d’avoir 5,5 millions d’utilisateurs (dont la moitié « qui l’utilise régulièrement tous les mois », affirme Jean-Marc Denoual, l’un des cofondateurs, à Libé), l’entreprise a du mal à gagner de l’argent avec son service gratuit. Il existe bien des offres payantes, mais elles ne représentent qu’une petite part des utilisateurs.

Molotov a été lancé en juillet 2016 par trois associés : Jean-David Blanc (ancien d’Allociné), Pierre Lescure (ancien de Canal+) et Jean-Marc Denoual (ancien de TF1).

Partager sur les réseaux sociaux