Après une projection au Grand Rex, le premier épisode de la trilogie consacrée au scénario Heaven’s Feel de Fate/stay night est disponible sur la plate-forme de SVoD Wakanim. Retour sur un phénomène qui débuta en jeu vidéo il y a 14 ans.

Si Fate/stay night est d’abord un bestseller du visual novel développé par Type-Moon sur PC en 2004, c’est deux ans plus tard que les animevores découvrirent la première adaptation en série TV par Studio Deen. L’histoire est centrée sur Shirô Emiya, un lycéen contraint malgré lui de participer à la 5ème Guerre Sainte du Graal. Sept mages dénommés « Master » vont s’affronter dans une Battle Royale dont seul le dernier debout sera vainqueur. Pour cela, chaque Master pourra invoquer un guerrier légendaire nommé Servant.

Le jeu vidéo proposait trois scénarios possibles, intitulés Fate, Unlimited Blade Works et Heaven’s Feel. Chacun se déclenche lors d’un choix du joueur à un moment donné de l’histoire, sachant qu’il faut avoir terminé la première route pour ouvrir la deuxième lors d’une nouvelle partie. Idem pour la troisième. Le premier animé centré sur l’intrigue de Fate fut un énorme succès. Toutefois, il souffrait d’une réalisation inégale, et mettait surtout en scène un héros insupportable avec ses idéaux de justice. En 2010, Studio Deen adapta Unlimited Blade Works sous forme d’un long-métrage nettement plus convaincant.

Fate & Furious

Après une solide expérience sur The Garden of Sinners (2007) et Fate/Zero (2011), le studio Ufotable s’attaqua lui aussi à Unlimited Blade Works en 2014, mais sous la forme d’une nouvelle série TV. Si cette dernière bénéficie d’une réalisation de haute volée, avouons qu’elle n’apporte finalement pas grand-chose par rapport au long-métrage existant. Mais il faut voir ce projet dans sa globalité, avec Fate/Zero (qui raconte les épisodes de la précédente guerre) et deux suites alternatives que sont Unlimited Blade Works et Heaven’s Feel. La première prend son temps pour développer tous les enjeux et les personnages, tandis que la deuxième resserre son intrigue sur les nouveaux évènements. Ce que l’on perd en caractérisation, on le gagne en fluidité du récit.

Attention, la suite de l’article contiendra des spoilers sur le contenu du film.

Autant vous dire tout de suite que sans avoir vu Unlimited Blade Works, il est impensable de comprendre et donc, d’apprécier le film. Après une longue introduction centrée sur la relation entre Shirô et Sakura, le générique passe en accéléré tous les moments clés du début de l’histoire : l’invocation de Saber, l’affrontement Lancer/Archer ou l’association entre Rin et Shirô. Les enjeux de la guerre sont expédiés lors de la fameuse séquence de l’église avec Kotomine. Place aux nouveautés : cette fois-ci la famille Matô est mise en avant, avec Sakura bien sûr, mais aussi son antipathique frère Shinji et le grand-père Zôken qui devient le Master de True Assassin.

Assassin’s Creed

En effet True Assassin est le nouveau Servant de l’histoire. Il remplace Sasaki Kôjirô en sortant littéralement de son corps et le film lui laisse la part belle des scènes d’action. L’affrontement contre Lancer fait office de point d’orgue du métrage. Cette séquence très complexe de huit minutes multiplie les effets de lumières, les décors photoréalistes et les mouvements de caméras virtuoses. Un authentique morceau de bravoure qui fait passer les autres combats pour de brèves escarmouches. Bien que storyboarder sur les scènes d’actions, Takahiro Miura laisse pourtant sa place de réalisateur à Tomonori Sudô, character designer et directeur de l’animation sur Unlimited Blade Works.

C’est désormais lui le chef-d’orchestre chargé de clôturer la saga en beauté. Nul doute qu’il y arrivera après une telle mise en bouche. D’ailleurs, la suite s’annonce hautement prometteuse avec l’entrée en scène de Gilgamesh et surtout une Saber qui va glisser du côté obscur. Seul regret, l’absence de sortie au cinéma, alors que le long-métrage l’aurait amplement mérité. Bien sûr, il est évident que le film s’adresse à une fanbase limitée. Mais on se rappelle que c’était déjà le cas pour Sword Art Online The Movie : Ordinal Scale l’an passé, et qu’il avait pourtant fait un joli score au box-office.

Le film est disponible sur Wakanim.

 

Partager sur les réseaux sociaux