Ils ont eu leurs enfants après la difficile année des débats sur le « mariage pour tous ». Depuis, ils ont grandi et défini leurs projets parentaux : sur YouTube, ces papas donnent à voir l'homoparentalité dans sa réalité et sa simplicité.

Une brève lecture du descriptif de la chaîne YouTube Chez Papa Papou suffit à nous surprendre : « C’est la première chaîne YouTube en France qui a deux papas gays. On y parle bébé et parentalité, mais pas seulement…  » Première chaîne ? Il n’y aurait donc pas, en 2017, plus de productions homoparentales sur YouTube ?

Derrière cette chaîne, on trouve un couple d’hommes de Reims qui souhaitaient raconter — et surtout expliquer — l’homoparentalité. Et si, au cours de nos recherches, nous avons également l’occasion de discuter avec un autre couple de papas — Ma vie de papa gay  force est de constater que les papas et mamans LGBT sont rares sur YouTube.

D’autant que ce dernier projet est d’abord un compte Twitter : Pierre, qui l’anime, nous explique s’être mis récemment à la vidéo. Et même s’il compte continuer, il n’est pas encore un de ces parents vedettes de YouTube.

« La discussion ne s’attache jamais à la réalité des familles »

En nous penchant cette absence de représentation des couples homoparentaux sur YouTube, nous sommes tentés de penser qu’elle s’explique par un simple manque de demande du public. Mais Emil, de Papa Papou, n’en est pas certain : « Il y a aujourd’hui plus de 250 000 enfants vivant avec au moins l’un des parents homosexuel  ».

Pierre ajoute en outre : « En tant que parents, nos histoires et nos conseils intéressent également des couples hétéros  ». Et en effet, quand Papa Papou nous parle du droit à l’image des enfants sur Internet, difficile de trouver cela exclusivement tourné vers les LGBT+.

C’est en partie parce qu’ils ont perçu ce manque de représentation que ces deux jeunes papas ont pris leur caméra. « Dire qu’il y a une forme de militantisme à faire ce que je fais ne me gêne pas explique Emil. En rendant visible l’homoparentalité, nous voulons reprendre la parole sur le sujet après se l’être vue confisquée par les débats sur le mariage pour tous  ».

Cet épisode a profondément marqué les papas, comme le confirme Pierre : « J’ai eu envie de parler d’homoparentalité en public depuis ces débats, de donner du contexte aux choses, de parler de nos expériences  ». Ces deux couples de papas assument par ailleurs avoir eu recours à la gestation pour autrui (GPA) aux États-Unis, un sujet « inutilement diabolisé, associé à l’esclavage sans que jamais la discussion ne s’attache à la réalité de familles comme les nôtres  » continue Pierre, qui a consacré sa première vidéo à cette « aventure  ».

« Les papas sont déjà là »

« Les papas sont déjà là, constate Emil, il y a un profond décalage entre les idées qui sont véhiculées depuis 2013 sur l’homoparentalité et la réalité  ». Ainsi, sur YouTube, ils se ré-approprient une parole qui est confisquée dans les politiques et les médias.

Ils offrent sur le sujet de l’homoparentalité une documentation interactive qui fait cruellement défaut en France où la GPA est durement condamnée, au point qu’en faire la promotion tombe également sous le coup de la loi, ce que regrette Emil. Il dénonce : « Si nous n’avions pas eu des relais comme les associations et des couples à qui parler, cela aurait été simplement impossible de devenir parents. Il n’y a aucune information disponible en France.  » Pierre ajoute que cette absence de relais de confiance n’est pas sans danger : « On s’en remet à Internet, mais là encore, c’est compliqué, on tombe sur des offres louches et on a du mal à définir des parcours éthiques  ».

CC Stanley Dai

Nullement représentés et jamais guidés, ces couples auraient donc besoin d’étendards et de relais. Certains obstacles de leurs projets parentaux dépassent ce que le commun des mortels imagine. Un combat juridique au cours duquel soutien et exemple sont nécessaires.

« Être parent et homo, c’est vraiment possible »

Toutefois, comme dans n’importe quelle famille, le quotidien de ces papas n’est pas seulement constitué de combats militants et d’angoisses administratives. Il est aussi fait d’humour, de légèreté et de petits drames que l’on apprend à relativiser avec le temps. Chez Papa Papou, les vidéos — très écrites, comme nous le confie Emil — ne font pas l’impasse sur la nécessité de décompresser, de prendre du bon temps et de relativiser les crises. Ainsi, le papa revient sans fards sur la baisse de libido dans un couple, l’impossible gestion du temps et tous les grands classiques de la parentalité qui réunissent hétéros et homos dans une même galère.

« Nous écrivons les vidéos avec mon mari, rappelle le père vidéaste, à travers cela, on peut digérer ce que l’on a vécu, partager avec des mamans et des papas, et puis rire  ». Aujourd’hui, cette production vidéo rythme sa vie de papa, et le pousse à s’enrichir sur le sujet, au point de devenir un véritable chroniqueur proposant des sélections de livres ou de conseils. Pierre, de son côté, a moins en tête de tels objectifs éditoriaux. Il préfère, pour commencer, s’atteler à retracer son expérience, les appels Skype avec sa mère porteuse, les papiers, ou encore la délicate question du coût d’une GPA.

Bébé
CC Markus Spiske

Si aucun des deux ne compte arrêter quand les bébés auront grandi, ils espèrent d’une seule voix que d’autres générations prendront la relève et développeront, comme eux, l’homoparentalité sur les écrans et ailleurs.

Ils partagent en outre un même élément fondateur dans leur projet, la Manif pour tous et les débats qui ont secoué la société en 2013 : l’un et l’autre vont devenir parent dans les années qui suivent ces manifestations. Emil et Yo verront un reportage sur la GPA pendant « les débats  » tandis que Pierre et son époux se décident eux aussi à cette époque.

Aujourd’hui, ils incarnent une génération de LGBT+ qui trouve sa place, bon gré, mal gré, dans la société française. Emil espère que cette génération donnera aux prochaines, peut-être grâce à YouTube, l’assurance de croire « qu’être parent et homo, c’est vraiment possible  ».

Partager sur les réseaux sociaux