Signant une relative contre-perfomance, Beatles Rock Band n’a pas eu le succès attendu par de nombreux analystes. Cela montre bien que la licence seule ne suffit pas à transformer un jeu en hit incontournable, et que d’autres critères rentrent en ligne de compte.

L’année dernière, le directeur exécutif de Warner Music Group, Edgar Bronfman Jr, estimait que son entreprise ne récoltait pas suffisamment de royalties à travers des jeux vidéos musicaux comme Guitar Hero ou Rock Band. Il considérait en effet que le succès de ces jeux était principalement aux licences octroyées par les majors. Selon lui, sans le concours des industries du divertissement, ces jeux n’auraient jamais pu rencontrer un tel succès et surtout, n’auraient jamais pu se faire. Il alla même jusqu’à affirmer que le succès « est entièrement dépendant du contenu que nous possédons et contrôlons« .

Or, dans un billet publié hier, Techdirt a rapporté les chiffres de vente du jeu Beatles Rock Band… et contrairement à ce qu’aurait souhaité l’industrie du divertissement, le jeu a rencontré un succès en demi-teinte. Les ventes ont été 60 % moins importantes que ce qu’ont estimé de nombreux analystes. Malgré toute l’attention de la presse, malgré un puissant matraquage marketing, les ventes décevantes de Beatles Rock Band ont surtout montré le jugement erroné d’Edgar Bronfman Jr.

Car, comme à son habitude, l’industrie du divertissement use et abuse du même sophisme habituel : la valeur d’un jeu ne reposerait que sur le contenu lui-même, et sur rien d’autre. Sauf qu’en raisonnant de la sorte, elle oublie de prendre en compte d’autres aspects primordiaux pour le joueur : le gameplay, la durée de vie ou le multijoueur sont autant de critères rentrant en ligne de compte.

C’est d’ailleurs bien pour ça que ces différents éléments sont notés par la presse spécialisée. C’est le signe éclatant de l’intérêt que porte un joueur à l’ensemble du jeu, et pas uniquement à la licence qui y est accrochée. Et le demi-succès de ce titre en est la preuve : le seul fait que Beatles Rock Band contienne la musique des quatre scarabées ne suffit définitivement pas à transformer un jeu en hit planétaire.

Certes, les Beatles sont populaires, certes leur musique à traversé les époques. Mais ce n’est pas en « remplaçant » la piste sonore par quelques œuvres majeures des Fab Four que cela va exciter les foules. L’industrie du divertissement surestime sans doute un peu trop sa contribution dans un jeu vidéo et l’impact que cela a sur la décision finale du consommateur.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !