Le début de l’année 2009 a été marqué par un recul du marché du jeu vidéo en France, bien qu’une reprise soit attendue pour le second semestre de l’année. Cette baisse s’explique par le déclin progressif de la septième génération de consoles.

Après trois ans de forte croissance, le marché français du jeu vidéo a connu un premier recul pour ce début d’année. Selon Tristan Bruchet, analyste chez GfK présent lors du salon de l’Idef des loisirs interactifs à Cannes, « l’essentiel de cette baisse provient des consoles, dont le chiffre d’affaires est en retrait de 19 %« . En effet, les consoles portables de Nintendo et de Sony, la DS et la PSP, sont entrées dans leur cinquième année d’existence, tandis que les consoles de salon de septième génération (PlayStation 3, Xbox 360 et Wii) amorcent leur déclin après trois ans de présence sur le marché. Ainsi, de janvier à mai, le recul a été de l’ordre de 14 %, à 914 millions d’euros.

Du côté des jeux vidéos, la baisse est moins marquée. Si l’absence de titres majeurs durant le premier semestre a pesé sur les ventes, engendrant un repli de 12 %, la seconde période de l’année devrait repasser dans le vert. De grosses productions sont attendues, comme Assassin’s Creed II, Modern Warfare 2, Wii Sports Resort et Mario et Sonic aux J.O. d’hiver. Rappelons par ailleurs que le premier semestre 2008 avait disposé d’un catalogue plus riche, avec l’arrivée de Mario Kart, Grand Theft Auto et Wii Fit. Au total, la balance des jeux vidéos devrait être créditée de +1 %, avec 3,2 milliards d’euros.

Finalement, cette baisse générale de 5 % en 2009 (-9 % pour les consoles et +1 % pour les jeux) était logique et attendue. Le marché du jeu vidéo fonctionnant par cycle de vie, au gré des générations de console, il faut s’attendre à une certaine tendance à la baisse pour les prochains mois, jusqu’à ce que les grands constructeurs que sont Nintendo, Microsoft et Sony annoncent et lancent les futures consoles qui ouvriront la huitième génération. Et avec elle, un nouveau cycle.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !