Lors de la présentation de Graph Search, Mark Zuckerberg est revenu sur les efforts de Facebook pour protéger la vie privée des membres. Selon le PDG du réseau social, environ 10 % de la puissance de calcul des installations informatiques du site communautaire servent à vérifier les paramètres de confidentialité des usagers.

Au cours d'une conférence organisée à Palo Alto ce mardi, Facebook a présenté ce qui constitue le troisième pilier du site : Graph Search. Il s'agit d'un moteur de recherche interne qui s'appuie sur les informations enregistrées par les membres, en exploitant les connexions entre eux et leurs centres d'intérêt. En version beta, l'outil sera ouvert à tous au cours de l'année.

La présentation de ce nouveau service a évidemment suscité quelques inquiétudes et soulevé une question en rapport avec la confidentialité : le Graph Search prend-il en compte les paramètres de confidentialité des usagers ? Selon Mark Zuckerberg, l'outil n'exploite que les données publiques ou celles qu'un usager est autorisé à voir. Rien de plus. Ce qui est privé restera hors d'atteinte.

À cette occasion, le PDG du réseau social en a profité pour mettre en valeur les efforts de sa société pour gérer les paramètres de confidentialité des membres. Pas moins de 10 % de la puissance de calcul des centres de traitement de données (data centers) appartenant au site communautaire servent à vérifier les réglages des usagers. "Aucune autre entreprise dans le monde n'a une infrastructure de ce type".

Si en pourcentage, le nombre ne paraît pas très élevé, il est autrement plus spectaculaire lorsque l'on s'attarde sur la puissance informatique mise en oeuvre. L'infrastructure technique bâtie par le réseau social s'est développée à une vitesse folle ces dernières années. Entre les centres de données sortis de terre et l'espace loué sur d'autres sites, il est question de dizaines de milliers de serveurs.

Pour soutenir sa croissance, Facebook a dépensé plus d'un milliard de dollars pour ses installations,  selon le  site Data Center Knowledge.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !