La CIA propose un moteur de recherche pour explorer sa base de données, composée de 930 000 documents confidentiels qui ont été déclassifiés. L’agence lève ainsi le voile sur une partie de son histoire, bien souvent méconnue.

Du fait des actions clandestines qu’elle a menées au cours des 70 dernières années, la CIA est nimbée d’une aura de mystère et véhicule beaucoup de fantasmes. Comme toutes les autres agences de renseignement, Langley, du nom du site où se trouve le quartier général de la CIA, n’a pas pour habitude de partager avec le grand public ses informations secrètes. Mais parfois, elle n’a tout simplement pas le choix.

Depuis la signature du décret de déclassification signé par Bill Clinton en 1995, quand il était encore en poste à la Maison Blanche, la CIA a en effet l’obligation de publier ses archives lorsque celles-ci ont plus de vingt-cinq ans d’âge. Bien sûr, ce n’est pas une publication inconditionnelle : la CIA a la possibilité d’expurger des documents bientôt déclassifiés certaines informations jugées trop sensibles.

usa-etats-unis-politique

CC Pete Souza

C’est ainsi que la CIA a mis en ligne une base de données, baptisée CREST (CIA Records Search Tool), sur laquelle les internautes peuvent parcourir littéralement des millions de pages autrefois extrêmement sensibles pour la sécurité nationale. Cela n’allait pas de soi : comme le rappelle The Verge, l’agence a longtemps traîné des pieds avant de mettre ses ressources accessibles sur Internet.

Au début des années 2000, il y eu même le mouvement inverse. En 1999, la CIA avait pu retirer des documents qu’elle jugeait trop sensibles du centre des archives nationales. C’était sous la présidence Clinton. Et à l’ère de George W. Bush, ce sont des dizaines de milliers de dossiers qui ont quitté la sphère publique pour redevenir inaccessible au tout-venant.

Depuis, la CIA s’est davantage conformée aux exigences de la liberté d’information. Si elle fait toujours attention à bien biffer des renseignements trop critiques pour être dévoilés, force est de constater que Langley publie régulièrement des documents déclassifiés, levant ainsi un peu plus le voile sur des pans entiers de son histoire pour le moins agitée.

La base de données du CREST contient évidemment des tonnes d’informations sur la guerre froide puisque la lutte contre les soviétiques était l’une des priorités majeures de la CIA. Ceux qui s’intéressent à l’histoire de la CIA n’apprendront peut-être pas des révélations fracassantes, dans la mesure où de nombreuses opérations soutenues par la CIA sont déjà bien documentées.

Couvrant la période 1940 – 1990, la base de données reste l’occasion de découvrir ou de redécouvrir des opérations comme Gold, qui a consisté à creuser juste en dessous du QG soviétique à Berlin pour espionner le commandement ennemi, le projet Bluebird sur la manipulation mentale ou encore Stargate, qui ne cherchait pas à utiliser une porte des étoiles mais à s’intéresser phénomènes psychiques.

cia-mur-agency-central

Crédits : CIA

 

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.