Suspendu de Facebook pour avoir publié l’Origine du monde de Gustave Courbet, un internaute français réclame réparation. Le site communautaire a estimé que la célèbre peinture va à l’encontre de ses règles, qui interdisent notamment la représentation de la nudité.

Facebook et œuvre d’art ne font pas toujours bon ménage. Surtout lorsqu’il est question de la fameuse peinture de Gustave Courbet, l’Origine du monde. Peint en 1866, le tableau est à la fois célèbre et provocateur, puisqu’il représente une femme nue et allongée, cuisses écartées. Mais pour Facebook, il s’agit avant tout d’une œuvre inadaptée au réseau social.

En accord avec son règlement, Facebook a ainsi pris des mesures fortes envers ceux publiant le tableau. Considérant le tableau comme une simple représentation de la nudité, le site communautaire peut suspendre les profils concernés. C’est le cas d’un Français, dont le compte est inaccessible depuis le 27 février. Il avait publié l’Origine du monde sur son profil.

L’affaire a désormais pris une tournure plus judiciaire. « Cette censure aveugle et cette absence méprisante de réponse à ses différents courriers, semblent s’adresser à une personne qui ne serait pas digne de considération ou qui aurait des m?urs ou des pratiques interdites par la loi » a commenté l’avocat du plaignant, qui est professeur des écoles et père de trois enfants.

Une mise en demeure a été envoyée mardi à Facebook, réclamant la réactivation du compte « sous quinzaine » et une indemnisation conséquente pour le préjudice subi. Selon l’avocat, la suspension du compte est survenue la veille de l’anniversaire du plaignant. Mais si la décision de rejeter les contenus inadaptés est une chose, le choix de la réprimande en est une autre.

À l’heure où de plus en plus d’internautes développent une véritable vie en ligne, est-il judicieux de suspendre totalement un compte, au risque de ne plus pouvoir être en contact avec ses proches ? Il aurait été certainement plus proportionné de supprimer uniquement l’image litigieuse, assorti d’un avertissement et d’une explication. La procédure judiciaire engagée par le plaignant montre bien que le web social occupe désormais une place importante dans notre quotidien.

Quelques mois plus tôt, la même mésaventure était arrivée à Frode Steinicke, un artiste danois. Facebook avait alors justifié la suspension du compte au motif que le réseau social « demeure un milieu virtuel sûr à visiter, y compris pour les nombreux enfants qui l’utilisent« . Le profil fut cependant réactivé par le site communautaire, mais sans la photo de l’Origine du monde.

La politique actuelle de Facebook interdit normalement aux enfants de moins de 13 ans d’ouvrir un compte. Malgré plusieurs contrôles, il arrive toutefois que de jeunes utilisateurs s’inscrivent quand même sur le réseau social. Cela n’empêche évidemment pas le site communautaire d’agir a posteriori. Selon l’un des responsables, Facebook suspend 20 000 profils chaque jour.

Cet effort d’aseptisation n’est pas sans rappeler la psychose qui s’est emparée de l’Internet Watch Foundation en découvrant une pochette d’un album du groupe de musique Scorpions. L’organisation a placé la page Wikipédia sur la liste des contenus à bloquer par les fournisseurs d’accès à Internet, sans aucune intervention de l’ordre judiciaire. L’image a cependant été maintenue en ligne.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !